+33 9 77 19 82 80   contact@cyriljarnias.fr

La valse des travailleurs dans les pays de l’Europe de l’Est 

par | 13 Mai 2015 | Europe

Cyril Jarnias Expert en Gestion de Patrimoine indépendant

Où vont les travailleurs en Europe de l’Est?

Selon les informations officielles de Hauptverband.at qui est le site de l’organisation faîtière de toutes les dispositions légales d’assurance sociale autrichienne, le nombre des travailleurs venant de Hongrie a atteint le nombre de 69 844 à la fin du mois de février, 999 de plus qu’en juillet 2014 et 169 de plus qu’au mois de mars  2015. Le record (69 954 employés) n’a pas été battu ce qui est grandement dû à la nouvelle concurrence : dès le début de 2014, les Roumains et les Bulgares peuvent travailler en Autriche et en Allemagne.

L’Autriche attire de nombreux travailleurs de l’Europe de l’Est : pourquoi?

Mais d’autres aussi arrivent… de Slovénie plus de 1000, de Croatie environ 600 désireux de travailler. Le nombre des Turcs, des Serbes, des Kosovars et des Bosniaques a également augmenté et les Hongrois ont perdu du terrain. Bilan des 12 mois passés : l’Autriche a donné du travail à 12 000 personnes dont plus de la moitié est arrivée de l’étranger : le nombre des Hongrois a augmenté de 7600, celui des Roumains de 6400, la croissance des autres (Slovaques, Serbes, Slovènes) est nettement plus faible.

En Europe de l’Est, il n’y a pas que le plombier polonais…

La hausse du nombre des travailleurs polonais est remarquable: malgré les résultats excellents de l’économie de la Pologne, il est possible que le record du nombre des émigrants soit battu : en 2015, 1.275 millions de Polonais quitteront leur pays pour travailler à l’étranger. Leur destination la plus convoitée est la Grande-Bretagne ; 1925 personnes sont arrivés en Autriche en mars 2015, ce chiffre représente une augmentation importante par rapport au celui des mois passés.

Plus d’un million de polonais quittent le pays pour travailler ailleurs en Europe de l’Est.

Au Burgenland, le FPÖ (le Parti de la liberté d’Autriche, parti d’extrême droite) n’est pas content, et le 4 mai il a organisé une manifestation pour le rétablissement du contrôle à la frontière.  Le parti veut également obtenir que les caméras de contrôle fonctionnent de nouveau et qu’il y ait un système d’alarme en état de marche aux polices frontalières de l’Autriche et de la Hongrie. Le FPÖ exagère en parlant de 350 mille Hongrois travaillant en Autiche. Le FPÖ ne souhaite pas révéler sa source mais même si l’on admet qu’il y a des travailleurs au noir, leur nombre ne peut pas être quatre fois plus que le chiffre officiel.

Le blocage de la compétitivité de l’économie des pays de l’Europe centrale et de l’Est  est dû au fait que pendant dix ans, six millions de jeunes hautement qualifiés (environ 6% de la population totale) ont quitté les ex-pays socialistes.

Zoom sur les travailleurs étrangers en Autriche :

Le quotidien autrichien de centre-droit, Die Presse a abordé le problème sous un autre angle, et il a posé la question: ceux qui viennent travailler en Autriche, posent-ils un réel problème ? Sans avoir donné une réponse sure, Die Presse nous rappelle : tandis qu’en Autriche le coût moyen d’une heure de travail s’élève à 31.5€, en Hongrie elle coute 7.3€, en Slovaquie 9.7€, en Grèce 14.6€.

Vous devez comprendre que ce sont surtout les allemands qui vont travailler en Autriche.

La révélation la plus surprenante de Die Presse : la majorité des émigrants n’est pas roumaine,  hongroise, polonaise, turque ou citoyenne des ex pays de la Yougoslavie mais allemande. Il y a vingt ans, vingt mille Allemands vivaient en Autriche, aujourd’hui 160 mille.

Il y a 105 mille personnes qui font la navette tous les jours pour aller travailler en Autriche dont un tiers est Hongrois, un tiers est Allemand, un tiers est Slovaques et Slovènes. Si c’est vrai, 35 000 Hongrois, plus que la moitié, travaillant en Autriche font la navette chaque jour pour se rendre au travail. (Source : http://privatbankar.hu le 06/05/2015, traduction Dr Andréa Molnar)

En Europe de l’Est, les flux migratoires de travailleurs surprennent :

Le cas de l’Autriche est symptomatique de la situation : l’Allemagne n’est pas forcément l’eldorado pour l’emploi.

Les allemands n’hésitent pas à chercher ailleurs un emploi autour des pays les plus proches.

Un travailleur cherche un salaire et se déplace.

Ce salaire, il le souhaite le plus élevé possible.

Après le plombier polonais en France, en Autriche, ils ont l’allemand surqualifié!

L’Autriche a un salaire médian moyen plus élevé que l’Allemagne : je vous invite à découvrir ce site http://www.eurocompar.eu/salaires-et-revenus.10.datas.htm.

J’ai du mal à imaginer que l’Allemagne se dégrade sur le plan salarial.

Maintenant, si je suis allemand et je souhaite louer ma force de travail, je vais aller vers le pays où les entreprises me payeront le plus.

On se plaignait du plombier polonais bon marché en France.

En Europe de l’Est, l’Autriche se plaint de l’allemand trop qualifié et bien payé : un comble…

Mes services

Bilan patrimonial unique et confidentiel

Immobilier international

Expatriation et retraite à l’étranger

Qui suis-je

Je suis Cyril Jarnias, expert en gestion de patrimoine indépendant depuis plus de 20 ans. J’aide particuliers et chefs d’entreprise à « Construire, protéger et transmettre votre patrimoine en toute sérénité ». J’interviens dans de nombreux médias sur le patrimoine : BFM Business, La Tribune, Les Echos, Investir notamment.

3 étapes. 1 idée forte. Votre patrimoine.

Depuis plus de 20 ans, j'accompagne mes clients dans la gestion de leur patrimoine.

Mon approche est simple : vous permettre de Construire, Protéger et Transmettre votre patrimoine en toute sérénité.

Contactez-moi

Vous désirez faire croître votre patrimoine?

N'hésitez pas à me contacter afin de déterminer comment je peux vous aider à construire, protéger et transmettre votre patrimoine en toute sérénité.

+33 9 77 19 82 80

Je dispose de + de 100 000 euros d'épargne.*
Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Pin It on Pinterest

Share This