+33 9 77 19 82 80   contact@cyriljarnias.fr

Pour mieux investir, les CGP veulent la signature électronique!

par | 12 Déc 2014 | Mes analyses d'expert

Pour être plus réactif pour investir, amis lecteurs, les conseillers en gestion de patrimoine ou CGP croient en la signature électronique.

AXA Thema et le cabinet Péricles consulting ont réalisé une étude auprès de plus de 100 CGP pour leur poser des questions sur l’évolution du marché des CGP.Comment va évoluer la profession?

Au travers cette étude, c’est un moyen de voir comment va évoluer la profession de conseiller en gestion de patrimoine.

C’est aussi au niveau du client final de voir ce qu’il peut attendre en matière de services de la part des CGP dans les années à venir. Il verra également comment fonctionne cette profession.

 

Avant de parler de la signature électronique, ce que pensent les CGP :

Ils sont :

93% à disposer d’une rémunération provenant des commissions,Ils sont plus de 2/3 contre le conseil en ligne!

85% à estimer qu’il est légitime de facturer vos honoraires,

69% à rêver d’une banque dédiée au CGPI,

67% à être contre le conseil en ligne,

62% favorables à développer des offres de retraite,

59% souhaitent développer leur portefeuille.

 

Mon avis d’expert en gestion de patrimoine sur l’évolution des CGP :

Il ressort plusieurs points intéressants sur l’évolution du métier de conseiller en gestion de patrimoine indépendant (j’ai pris aussi d’autres points évoqués plus en aval de l’étude).

> En 2017, le I d’indépendant pourrait disparaître : cela va supposer la fin des rémunérations sur les encours. On voit clairement que les CGP ne veulent pas changer de modèle même s’ils perdront ce i.Pourquoi ne pas se battre pour former le client aux honoraires?

Mon avis est qu’il va être compliqué de se passer de la force de l’indépendance face à un client. Pourquoi ne pas se battre pour former le client aux honoraires? 85% semblent le penser.

> Les CGP n’ont pas accès aux crédits : ils souhaitent une banque à eux pour lutter contre les banques de réseaux par exemple.

A mon sens le lobby est très fort, les contraintes trop lourdes : personne n’a intérêt à donner un tel atout aux CGP. Vous ajoutez le regard très prudent de l’AMF et de l’ACPR, les contrôles croissants à l’égard des CGP…

> Avec la crise, on parlait beaucoup de rapprochement :

On voit dans ce sondage que les CGP tiennent à une certaine liberté.

Je pense que quand on est indépendant dépendra d’une entité d’une marque unique est complexe. C’est pour cela que 59% veulent continuer à faire de la conquête commerciale seule (je l’interprète comme cela). D’ailleurs, on voit qu’il ne croit pas trop en une marque.

Ils ont sans doute raison : défendre son nom est son doute le plus important pour continuer à exister et ne pas perdre son âme de CGP.

> Ils ne croient pas au conseil sur internet :

Là, j’ai des doutes sur l’évolution du métier. Ne peut-on envisager un métier plus hybride?

> Les placements retraites sont plébiscités mais ce n’est pas le coeur de l’activité du CGP.

Je pense également qu’on ne vend pas un plan retraite comme une assurance vie. Ensuite, la rémunération n’est sans doute pas aussi attractive.

>Sur le plan de la gestion de financière, les CGP ne croient au modèle de sélectionneur de gérants. Ils veulent garder la main sur les suggestions d’allocation et ne pas développer fortement les mandats de gestion à des tiers.

Est-ce que le conseiller en investissement financier est un allocataire? C’est un sujet compliqué. S’il a été gérant de portefeuille avant, ce serait légitime.

 

Concluons sur le point mis en avant dans mon article : la signature électronique

En fait, on peut même aller plus loin que cette simple signature : il s’agit de la façon dont le client va être géré notamment avec le développement croissant de la dématérialisation des documents et d’internet.

Si vous avec des placements, vous voyez bien que les nouvelles technologies peuvent vous faire du temps à la fois dans vos choix de placements mais également pour les suivre et les faire évoluer.

J’avais repris une étude du Deloitte sur le mode de fonctionnement des CGP, conseiller en gestion de patrimoine cliquez ici.

On voyait clairement que plus de 80% de leurs encours gérés portent sur l’assurance vie.+ de 80% de la rémunération d’un CGP vient de la vente d’assurance vie.

Malheureusement l’assurance vie suppose une lourdeur administrative : le CGP est un courtier donc il doit faire l’intermédiaire entre vous et la compagnie d’assurance ou la plateforme qui commercialise le contrat (on parle alors de cocourtage).

Tout ceci est lourd à gérer et ce n’est pas toujours réactif.

Si vous avez la signature du client électronique : tout va plus vite.

On vous enverra un mail pour vous suggérer un arbitrage sur votre contrat et vous irez sur internet en quelques clics, l’opération est faite. Tout le monde a ainsi une traçabilité et une réactivité.

Malheureusement, ce n’est pas encore possible pour des raisons légales : la nature même du contrat d’assurance vie et l’importance d’une signature « réelle ». Vous ajoutez également la lourdeur informatique des assureurs pour faire de tels changements.

D’une manière ou d’une autre : vous devrez aussi toujours avoir du contrôle humain.

Pourtant, avec une telle signature : le CGP gagnerait en réactivité (vous aussi). Il pourrait aussi accélérer les arbitrages.

On réduirait aussi les coûts de back office (administratifs) pour l’assureur et le CGP. L’enjeu de la signature électronique est donc majeur.

Sur le plan bancaire, le problème est moins complexe. Des plateformes, à l’image de Nortia ou Finaveo, à ma connaissance, ont mis en place des solutions de signatures électroniques (pour le bancaire).

Alors la signature électronique une révolution pour qui? Le client ou le CGP?

Dans cette étude, il ressort que le CGP ne souhaite pas que le client gère tout en ligne, il souhaite juste fluidifier et réduire sa lourdeur administrative et sa réactivité face à son client.

Le CGP n’est donc fou : je donne des outils à mon client mais je garde la main « électronique »!

Vous lisez mes articles : Merci! Vous pouvez les partager sur les réseaux en un clic!

Pourquoi ne pas être aidé par un expert? Je vous invite à découvrir « Mon service Gratuit et Sur Mesure » :

CLIQUEZ ICI

Mes services

Bilan patrimonial unique et confidentiel

Immobilier international

Expatriation et retraite à l’étranger

Qui suis-je

Je suis Cyril Jarnias, expert en gestion de patrimoine indépendant depuis plus de 20 ans. J’aide particuliers et chefs d’entreprise à « Construire, protéger et transmettre votre patrimoine en toute sérénité ». J’interviens dans de nombreux médias sur le patrimoine : BFM Business, La Tribune, Les Echos, Investir notamment.

Dans la Presse

S'abonner à ma newsletter

Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Articles récents

3 étapes. 1 idée forte. Votre patrimoine.

Depuis plus de 20 ans, j'accompagne mes clients dans la gestion de leur patrimoine.

Mon approche est simple : vous permettre de Construire, Protéger et Transmettre votre patrimoine en toute sérénité.

Contactez-moi

Vous désirez faire croître votre patrimoine?

N'hésitez pas à me contacter afin de déterminer comment je peux vous aider à construire, protéger et transmettre votre patrimoine en toute sérénité.

+33 9 77 19 82 80

Nom*
Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Pin It on Pinterest

Share This