Cyril Jarnias : on ne vends pas de produits ici !
Immobilier
0

Investir en loi Malraux les astuces pour bien acheter

Investir en loi Malraux les astuces pour bien acheter
par cyril jarnias - le 12 mai 2019

Investir en loi Malraux comment bien acheter ?

Le gouvernement met à disposition des contribuables de nombreux dispositifs. Ceci afin de favoriser l’achat de biens immobiliers en vue de la location, la réalisation de travaux immobiliers ou l’investissement dans les entreprises locales. Il propose différents dispositifs de défiscalisation qui peuvent permettre de bénéficier d’un crédit d’impôt ou de réduction d’impôt. 

Parmi les moyens en France sur l’immoblier qui peuvent permettre de défiscaliser en 2019 figure la loi Pinel 2019, le dispositif Malraux, la loi Cosse ou encore la loi Censi Bouvard.

L’investissement dans la pierre constitue depuis toujours un placement sûr et rentable sur le long terme.

Avec le dispositif Malraux, l’investissement immobilier dans les monuments historiques peut permettre de déduire la totalité des travaux de rénovation de son revenu brut global. 

Cette page est en mesure de vous aider si vous êtes à la recherche d’un investissement dans la restauration du patrimoine qui est à la fois sûr et rentable.

Vous y trouverez des informations sur la loi Malraux, les astuces pour bien acheter un bien immobilier en loi Malraux, les pièges à éviter pour réussir son investissement et la rentabilité qu’il est possible d’espérer. 


Sommaire loi Malraux :

  1. La loi Malraux
  2. Comment acheter un bien immobilier en loi Malraux
  3. Les pièges à éviter
  4. Exemples de biens en loi Malraux et rentabilité
  5. Conclusion

 

la loi malraux

1. La loi Malraux

Définition

La loi Malraux est un dispositif de défiscalisation initiée par le ministre d’État des affaires culturelles André Malraux en 1962 par le texte de loi n° 62-903 du 4 août 1962. Appelée également dispositif Malraux ou loi d’aménagement, elle vise à révéler et à conserver le patrimoine architectural des centres historiques des villes françaises. 

Le but de ce célèbre ministre était de contribuer à la protection des anciens bâtiments à caractère historique et esthétique. Ceci face à l’urbanisation galopante de l’après-guerre qui risquait de changer la physionomie des villes françaises. Il a donc prévu d’accorder une réduction fiscale afin d’encourager les propriétaires de ces biens classés à entreprendre des travaux de rénovation dans le respect de certaines règles.  

C’est une mesure de défiscalisation qui peut permettre à un contribuable d’acheter et de rénover des immeubles situés dans des secteurs sauvegardés ou qui présentent un caractère historique dans le but de les louer et de bénéficier d’une réduction d’impôt sur le montant des travaux qui peut aller jusqu’à 30 000 euros par an.

Le dispositif Malraux peut permettre aux propriétaires d’immeubles anciens de réaliser des travaux de rénovation. Il permet également de déduire le déficit foncier généré par le coût des travaux de leur revenu imposable en s’engageant à mettre leurs biens en location. Il permet en effet de déduire de son revenu global les dépenses liées à la restauration d’un immeuble ancien dans la limite de 400 000 euros sur 4 ans.

C’est un outil législatif de protection du patrimoine fondé sur le même principe que la loi dédiée aux monuments historiques. Il est codifié par l’article 199 du Code General des impôts. La loi Malraux est la plus ancienne mesure de défiscalisation adoptée en France avec plus de 50 ans d’existence. Elle a fait l’objet de nombreuses modifications au fil des années : en 2009, en 2013, en 2016 et en 2017. Le dispositif Malraux 2017 remplace le Malraux ancien et est le seul applicable depuis le 1er janvier 2018.

Investir en loi Malraux peut donc permettre à la fois de réduire ses impôts et de participer à la préservation du patrimoine français.

 

Elle peut concrètement permettre à un contribuable d’investir dans un bien de caractère à rénover, situé en centre-ville tout en défiscalisant. 

Les objectifs de la loi Malraux

La loi Malraux affiche une longévité exceptionnelle, car elle date de 1962 et ses objectifs sont restés le même jusqu’à aujourd’hui qui sont de :

  • Favoriser la rénovation du patrimoine immobilier historique français. Elle encourage les programmes de rénovation des immeubles situés en zone sauvegardée pour éviter la disparition des quartiers historiques, moderniser le patrimoine historique et remettre en état les logements les plus anciens ;
  • Augmenter l’offre locative dans les centres-ville historiques.

Fonctionnement

La loi Malraux est un véhicule de défiscalisation immobilière qui permet à un contribuable fiscalement domicilié en France d’obtenir une réduction d’impôt en contrepartie de l’acquisition d’un bien immobilier à rénover ou à réhabiliter complètement.

Le dispositif Malraux a été de nombreuses fois remodelé avec la succession de différents régimes comme le régime Malraux ancien qui concernaient les projets initiés avant 2009. Le dispositif Malraux est passé depuis 2009 d’un système de déduction d’impôt réalisé sur le revenu imposable à un réel mécanisme de réduction d’impôt dit «one shot» ou en une seule fois.   

Pour pouvoir bénéficier de la défiscalisation immobilière de la loi Malraux, il est indispensable pour l’investisseur de respecter certaines conditions. 

  • Les conditions à respecter

Les conditions d’éligibilité à l’avantage Malraux sont assez strictes même si elles ont été assouplies par les dernières réformes. 

  • Acquérir un bien immobilier dans une des zones éligibles au dispositif Malraux ;
  • L’obtention d’une autorisation spéciale de travaux du préfet avant le démarrage des travaux ;
  • Réaliser un programme de rénovation complète de l’immeuble ;
  • S’engager à louer les logements nus pendant une durée minimale de 9 ans à titre de résidence principale à une personne qui ne fait pas partie de son foyer fiscal ;
  • La réalisation des travaux doit être supervisée et validée par un architecte des bâtiments de France ;
  • La mise en œuvre effective de la location dans les 12 mois qui suivent la date d’achèvement des travaux ;
  • Réaliser les travaux dans les 3 ans après la date de délivrance du permis de construire sauf en cas de fouilles archéologiques ou le délai global est porté à 4 ans ; 
  • Le plafonnement des dépenses éligibles à 400 000 euros pour une période de 4 années consécutives.  
  • Les bénéficiaires du dispositif Malraux

Seuls sont éligibles à la réduction d’impôt les contribuables fiscalement domiciliés en France au sens de l’article 4 B qui réalisent un investissement locatif sur un bien immobilier situé dans un périmètre sauvegardé et qui font des travaux de restauration. Toutefois et dans la majorité des cas, l’investissement en loi Malraux 2018 s’adresse plutôt aux personnes ayant une fiscalité très élevée, car il faut pouvoir disposer d’un budget conséquent pour réaliser l’investissement et les travaux de rénovation.

  • Les zones éligibles à la loi Malraux

Différents régimes Malraux ont coexisté en raison des modifications successives de la réglementation du zonage du dispositif. Le régime actuellement en vigueur est celui instauré par la loi du 7 juillet 2016 n° 2016-925 relative à la Liberté de la Création, à l’Architecture et au Patrimoine qui institue la création des Sites patrimoniaux remarquables ou SPR.

Les bâtiments éligibles à la loi Malraux sont le plus souvent situés en cœur des villes les plus attractives de France et doivent être situés soit dans :

  • Le périmètre des Sites patrimoniaux remarquables qui font l’objet d’un PVA ou Plan de Valorisation de l’architecture, d’un PSMV ou Plan de Sauvegarde et de Mise en Valeur et comprennent les secteurs sauvegardés AVAP ou aire de mise en valeur de l’architecture et du patrimoine et ZPPAUP ou zone de protection du patrimoine architectural, urbain et paysager ;
  • Les quartiers anciens dégradés ;
  • Les quartiers dégradés présentant une concentration élevée d’habitat ancien dégradé.
  • Les immeubles concernés par la loi Malraux

Le champ d’application de l’investissement en loi Malraux comprend :

  • Les immeubles affectés à l’habitation avant et après la réalisation des travaux de rénovation ;
  • Les immeubles originellement destinés à l’habitation et réaffectés à cet usage qui ont fait l’objet d’autres utilisations ayant modifié la conception, l’aménagement et les équipements initiaux ;
  • Les immeubles professionnels qui n’étaient pas destinés à l’habitat à l’origine, mais qui le deviennent.
  • Les travaux éligibles à la loi Malraux

 Les travaux concernés par la défiscalisation Malraux sont :

  • Les travaux de démolitions imposés par l’autorité de délivrance du permis de construire ;
  • Les travaux de reconstitution de toiture ou des murs extérieurs suite aux démolitions ;
  • Les travaux de transformation de logement de tout ou partie d’un immeuble ;
  • Les travaux déclarés d’utilités publiques ;
  • Les travaux ayant pour effet de rendre habitables des combles, des greniers ou parties communes dans le volume bat existant ;
  • Les travaux de réparation et d’entretien, d’amélioration de l’habitation à l’exclusion des travaux de construction de reconstruction ou d’agrandissement.
  • La réduction d’impôt de la loi Malraux

Le dispositif Malraux permet un investissement dans la pierre avec une grosse défiscalisation. En effet, investir en loi Malraux peut permettre de défiscaliser jusqu’à 36 000 euros par an. La réduction d’impôt dans le cadre de la loi Malraux dépend de la localisation du bien et du montant de la rénovation. Le taux de la réduction d’impôt est de :

  • 30 % pour les immeubles situés dans des secteurs sauvegardes ou site patrimonial remarquable avec Plan de Sauvegarde et de Mise en Valeur PSMV approuvé, les quartiers anciens dégradés et les quartiers conventionnés NPRU ou Nouveau Programme national de Renouvellement urbain ;
  • 22 % pour les immeubles situés dans un site patrimonial remarquable avec ou Plan de Valorisation de l’Architecture et du Patrimoine PVAP approuvé ou dont la restauration a été déclarée d’utilité publique.

La Loi de finances rectificative de 2016 a introduit plusieurs mesures pour renforcer l’attractivité du dispositif Malraux. Notamment la suppression du cadre annuel en instaurant un plafond de dépenses à 400 000 euros répartit sur 4 années. Si auparavant le plafond était limité à 100 000 euros par an. Le montant maximal de la réduction d’impôt est de 120 000 euros sur la période et la fraction qui n’a pas pu être imputé au titre d’une année. Et peut être reportée pendant 3 ans si les travaux sont achevés dès la première année. 

La réduction d’impôt issue de la loi Malraux est applicable l’année de réalisation des travaux et n’est pas concernée par le plafonnement des niches globales. Celui-ci limite à 10 000 euros au maximum le montant des avantages fiscaux qu’un contribuable peut bénéficier au titre d’une année d’imposition. 

Les avantages d’investir en loi Malraux

 Investir en loi Malraux peut permettre de bénéficier de nombreux avantages :

  • Les avantages fiscaux

Le principal avantage du dispositif Malraux est d’ordre fiscal. Il peut en effet permettre de bénéficier d’une réduction d’impôt conséquente qui peut aller de 22 à 30 % du montant des dépenses selon la localisation du bien immobilier. 

Le plafond des dépenses est de 400 000 euros étalés sur 3 ans. 

Il est en outre possible depuis 2017 de reporter la fraction de la réduction qui n’a pu être imputée la première année sur les 3 années suivantes lorsque les travaux sont achevés dès la première année. 

  • Les autres avantages

Le dispositif Malraux peut également offrir d’autres types d’avantages :

  • La possibilité pour le propriétaire de fixer librement le montant de loyer qu’il souhaite, car il n’y a aucune condition de plafonds de loyer ni de revenus du locataire. Les loyers peuvent même être légèrement supérieurs au marché local dans le cadre de biens exceptionnels ;
  • La possibilité de déduire des revenus fonciers de nombreuses charges comme le déficit foncier, les intérêts d’emprunt, les frais d’adhésion à une association de restauration ou de travaux de démolition imposés par l’État ;
  • La possibilité de profiter des plus-values immobilières lors de la revente de son bien ; 
  • la possibilité de cumuler la défiscalisation en loi Malraux avec d’autres dispositifs de défiscalisation comme la loi Bouvard, la loi Pinel, la loi Girardin et autre ;
  • Le bénéfice d’un bien réhabilité de qualité patrimoniale exceptionnelle avec un emplacement en centre-ville de premier ordre ; un immeuble de qualité architecturale reconnue, aux normes et remis entièrement à neuf.

acheter immobilier loi malraux

2. Comment acheter un bien immobilier en loi Malraux

Pour pouvoir acheter un bien immobilier en loi Malraux, il faut commencer par choisir la ou les villes au sein desquelles investir parmi les secteurs classés pour la préservation du patrimoine. En effet, ce ne sont pas toutes les villes qui sont éligibles à la loi Malraux

Il est possible de choisir entre 2 modes d’acquisition pour acheter un bien immobilier en loi Malraux :

Recourir à la Vente d’Immeuble à rénover ou VIR :

La vente d’immeuble à rénover permet d’acquérir le logement et les travaux au sein d’un même contrat. Le bien immobilier est acheté sur plans pour une vente en l’état futur d’achèvement ou VEFA. Le règlement du prix d’achat s’effectue par tranche successive, au fur et à mesure de l’avancement des travaux. Cette formule ne permet pas l’application du déficit foncier. La réduction d’impôt est imputée sur chaque décaissement à raison d’un tiers du montant des travaux par an.

La vente d’immeuble à rénover peut encadrer et sécuriser l’investissement en loi Malraux. Ce mode d’acquisition permet au vendeur de se charger des travaux de restauration et d’en soustraire l’acheteur. Elle implique la signature d’une promesse de vente par laquelle le vendeur prend l’engagement de se charger des travaux de restauration et de fournir les garanties et les assurances obligatoires lors de la signature de l’acte de vente. Le recours à la vente d’immeuble à rénover permet à l’acquéreur d’acheter un bien immobilier en loi Malraux en toute simplicité et de bénéficier de meilleures garanties. Le montant des dépenses ouvrant droit à la réduction d’impôt correspond au prix des travaux réalisés par le vendeur et effectivement payés par l’investisseur à l’entreprise de travaux. Dans le cas de la revente d’un appartement réalisé avec une opération Malraux en VIR, le calcul du prix de revient de l’appartement inclut les travaux à titre dérogatoire au régime des plus-values qui s’applique normalement en cas de revente d’un appartement en défiscalisation Malraux. 

Se regrouper dans une Association Syndicale Libre (ASL), une Association Foncière Urbaine ou (AFUL) ou une Association Foncière Urbaine (AFU) :

Il est possible pour un investisseur d’acheter un bien immobilier en loi Malraux via une AFUL/ASL/AFU. Cette option suppose l’établissement de deux contrats différents et par voie de conséquence de deux emprunts distincts. En effet, l’achat du logement en l’état et la réalisation des travaux sont clairement dissociés. L’association choisie sera le maître d’ouvrage dans la réalisation des travaux de restauration sur le programme Malraux. L’association représente les propriétaires et prend l’initiative des travaux. Elle peut déléguer ses fonctions à un assistant à maître d’ouvrage pour l’aider dans le choix des intervenants et la surveillance des travaux. Mais elle peut aussi passer un marché de travaux avec une entreprise générale ou avec un contractant général. Les travaux de restauration ou de rénovation n’entrent pas dans le calcul des plus-values. Cette option peut se révéler plus avantageuse fiscalement pour l’acquéreur. Notamment si le bien est conservé plus longtemps, car offre la possibilité d’appliquer le déficit foncier


pièges à éviter loi malraux

3. Les pièges à éviter loi Malraux :

Investir en loi Malraux permet de bénéficier d’avantages fiscaux séduisants à condition de faire preuve de vigilance sur certains points. En effet, il faut connaître les erreurs à éviter pour optimiser son investissement et ne pas se confronter à des difficultés financières. 

Surpayer le bien

Un investissement dans le cadre de la loi Malraux comporte des travaux importants pour remettre ou maintenir l’immeuble en bon état. Toutefois, il faut être vigilant sur l’équilibre entre la proportion des travaux et le coût total de l’opération. Il faut cibler l’investissement en fonction de l’impôt sur le revenu à régler. Et veiller à ce que la proportion des travaux soit comprise entre 40 et 70 % du coût total. Il est préférable de faire estimer les travaux à réaliser pour ne pas payer un montant trop élevé lors de l’acquisition. En effet, au-delà de 70 %, les travaux sont trop chers et l’investissement peut ne pas être rentable. 

Ne pas optimiser le montage de l’opération 

Il est indispensable de bien choisir le bon cadre juridique qui va régir son investissement en loi Malraux lors de l’acquisition du bien. Il faut choisir le montage juridique qui peut optimiser l’opération : soit recourir à la Vente d’Immeuble à Rénover (VIR) et acheter une offre groupée qui comprend le foncier et les travaux. Soit passer par une AFUL qui va se charger des travaux administratifs, des études architecturales, des appels de fonds et des travaux. 

Ne pas optimiser l’investissement  

L’emplacement est le critère numéro 1 de tout investissement immobilier. Il est également nécessaire de choisir un programme Malraux dans un secteur sauvegardé qui soit bien situé en plein centre-ville. Il est primordial de choisir un emplacement pertinent où la demande locatif est forte et qui peut présenter un potentiel locatif important avec un attrait réel et plus de 50 000 habitants. Il ne faut pas hésiter à voir des programmes déjà réalisés avant de se lancer. 

Surévaluer le loyer

Le dispositif Malraux comporte l’obligation de louer son bien immobilier pendant au moins 9 ans. Comme il n’y a ni condition de ressources du locataire ni plafond de loyer dans le dispositif Malraux, il peut être tentant le demander un loyer élevé. Il est nécessaire pour la sécurité de son investissement de louer au prix du marché ou tout au plus opter pour le haut de la fourchette. Et de concilier la valeur locative du bien immobilier et la ville où il est situé. 

Financer soi-même son investissement

Il est recommandé de recourir à un prêt pour financer un investissement en loi Malraux pour pouvoir réduire les intérêts de ses revenus fonciers. Les revenus locatifs sont soumis aux prélèvements sociaux et fiscalisés à hauteur de la tranche marginale d’imposition. Emprunter peut permettre de réduire le résultat net foncier et conserver ses actifs financiers afin de le placer à un taux supérieur au taux d’emprunt. 

Il est en outre préférable d’emprunter sur une durée plus longue et non sur une courte durée de 10 à 15 ans. Les intérêts d’emprunt sont en effet déductibles. Et allonger la durée du prêt peut permettre continuer à placer son argent efficacement et de diversifier ses actifs. 

Ne pas s’assurer du sérieux du promoteur

Il faut faire preuve de beaucoup de prudence pour les opérations en immobilier ancien restauré. Dans le cadre de la loi Malraux, il est indispensable de choisir un promoteur capable d’assurer et de faire aboutir son projet. Il faut choisir les bons opérateurs en loi Malraux qui dispose d’une solidité financière et capables d’entretenir des relations avec les pouvoirs publics. 

Démembrer la propriété

Il faut éviter de démembrer la propriété d’un immeuble qui est encore régi par la loi Malraux. Par exemple dans le cadre de la transmission du patrimoine en donnant la nue-propriété a ses enfants. En effet, le démembrement est interdit dans le dispositif de défiscalisation Malraux. Et seuls les contribuables titulaires de la pleine propriété de l’immeuble ou des titres peuvent bénéficier de la réduction d’impôt en loi Malraux. Les personnes qui détiennent un droit démembré sur l’immeuble ne peuvent pas prétendre au bénéfice de la réduction


 

biens loi malraux et rentabilité

4. Exemples de biens en loi Malraux et rentabilité

Le dispositif Malraux concerne uniquement l’immobilier ancien, c’est-à-dire les biens immobiliers qui doivent faire l’objet de travaux de rénovation. Et le logement doit être situé dans un site patrimonial remarquable doté d’un plan de valorisation de l’architecture et du patrimoine. Soit dans un site patrimonial remarquable avec un plan de sauvegarde et de mise en valeur approuvé ou à l’étude. La rentabilité d’un investissement en loi Malraux peut varier entre 2,50 % à 2,80 % sans compter l’avantage fiscal procuré par la réduction d’impôt. Le rendement peut aller autour de 3,50 % en incluant l’avantage fiscal. La raison vient du coût total des opérations de rénovation et le niveau raisonnable qu’il convient d’appliquer pour la sécurité de l’investissement. 

Exemple de bien immobilier en loi Malraux situé dans le département Yvelines dans la ville de Versailles :

 

Prenons comme exemple un immeuble d’une surface d’environ 500 m2 comportant 6 niveaux. Le prix se situe entre 210 000 euros à 523 130 euros. Il est acquis au prix de 500 000 euros avec un prix du foncier de 160 000 euros et 240 000 euros de travaux. Et la livraison est estimée en janvier 2022. 

À l’issue de la réalisation des travaux, l’immeuble sera entièrement réhabilité pour aboutir à des logements conciliant le confort des normes actuelles avec le caractère d’un bâtiment ancien. L’immeuble comportera 11 logements répartis en T1, T2 et T3. L’immeuble bénéficie d’un emplacement de qualité en étant situé dans le chef-lieu du département des Yvelines qui compte 86 000 habitants. 

Il est situé à seulement 17 km à l’ouest de Paris dans la ville de Versailles qui est célèbre pour ses châteaux et ses jardins exceptionnels. Versailles dispose d’un pôle emploi important consacré surtout au tourisme, au commerce, à l’éducation et à l’administration. Le marché de la location y est très attractif en raison de l’activité touristique engendrée par le château, le bassin d’emploi très important et l’offre universitaire très diversifiée.

La répartition des travaux se fait à raison de 80 000 euros par an sur trois années. Le taux de la réduction est ici de 30 %, car l’immeuble entre dans le cadre d’un SPR couvert par un plan de sauvegarde et de mise en valeur approuvé.  

L’investisseur percevra sur ses revenus une réduction de 30 % de 80 000 euros par an, soit une réduction annuelle de 24 000 euros qui s’établit sur les trois ans à 72 000 euros. 

Le loyer est de 22,09 x 26,7 x 11 x 12= 77 853,996 euros par an et permet d’obtenir 700 685,964 euros en 9 ans. 22,09 euros est le prix haut de la location au m2 à Versailles, 26,7 euros est la surface au m2 d’un logement. 

Exemple de bien immobilier situé à Lyon :

 

Il s’agit d’un immeuble datant du 19e siècle avec l’architecture typique du vieux Lyon, ses façades de couleur ocre et leurs escaliers intérieurs en pierre de taille. Il est situé dans le quartier du 5e arrondissement, au cœur du secteur sauvegardé du Vieux Lyon au 6 rue Marius Conin. Il comporte un rez-de-chaussée à usage de locaux professionnels ou commerciaux et de 5 étages à usage d’habitation. 

Il bénéficie d’un bon emplacement en étant situé à 5 minutes de l’hyper centre et de la place Bellecour. Il est desservi par les transports en commun et la station métro du Vieux Lyon. Et dispose de tous les services indispensables comme les commerces, écoles, collèges et lycées. 

C’est un produit rare, car il y a peu d’investissement en loi Malraux à Lyon et le marché de la location est intéressant en raison de l’attractivité de la ville et de son évolution sociétale. 

L’immeuble sera entièrement réhabilité pour aboutir à 32 appartements de standing de T1 au T3 avec place de parking. L’immeuble est proposé au prix global de 175 000 euros avec 60 % de travaux : 70 000 euros de prix du foncier et 105 000 euros de travaux.  

L’investisseur peut bénéficier d’une réduction d’impôt de 105 000 x 30 % soit 31 500 euros. 

Le loyer est de 20 x 26,7 x 32 x 12 = 205 056 euros par an et permet d’obtenir 1 845 504 euros en 9 ans. 20 euros est le prix haut de la location au m2 à Lyon et 26,7 euros est la surface en m2 d’un logement.


 

5. Conclusion sur la loi Malraux :

La loi Malraux est un dispositif qui permet de bénéficier d’une réduction de son impôt sur le revenu de 30 % pour un logement situé en secteur sauvegardé et de 22 % pour les logements qui se trouvent en zone de protection urbaine.

Toutefois investir en loi Malraux peut se révéler assez cher en raison de dépenses importantes pour remettre l’immeuble en bon état et la réorganisation des appartements.

La loi Malraux peut constituer un excellent outil pour diversifier ses placements et payer moins d’impôt.

Il faut la cibler pour des contribuables dont l’imposition sur le revenu dépasse les 20000 euros par an.

Mais la défiscalisation qu’il peut offrir n’est que de courte durée : seulement sur 3 à 4 ans. 

Investir dans une résidence senior en LMNP peut être plus intéressant pour un investisseur à la recherche d’une solution de défiscalisation sur une plus longue durée qu’une loi Malraux.

 

L’investissement LMNP en résidence senior est un marché en pleine expansion qui n’offre pas de défiscalisation directe.

Toutefois, il peut permettre d’amortir le bien à hauteur de 80 % de sa valeur, de récupérer la TVA et des revenus très peu voir pas du tout fiscalisés. L’exploitation d’un bien dans une résidence senior permet de bénéficier entre 20 et 25 ans sans fiscalité. C’est un investissement très attractif qui convient d’en appréhender les principes de base.

N’hésitez pas à consulter mon article sur le LMNP ainsi que ma vidéo BFM LMNP ci-dessous :

 

Si vous souhaitez investir dans l’immobilier à l’étranger et vous diversifier, pourquoi ne pas regarder l’Asie pour du rendement et une fiscalité attractive :

 

Je vous propose maintenant un diagnostic patrimonial gratuit avec mon outil patrimoine sur mesure (voir ci-dessous).

Disclaimer : Nous vous recommandons fortement de consulter nos mentions légales en cliquant ici

Souhaitez-vous échanger avec notre expert en gestion de patrimoine?

Conformément au Règlement Général sur la Protection des Données (General Data Protection Régulation) adopté par le Parlement européen le 14 avril 2016, et à la Loi Informatique et Libertés du 6 janvier 1978 modifiée, vous diposez d'un droit d'accès et de rectification des données vous concernant. Ce droit peut être exercé en nous contactant à l'adresse email suivante : contact@cyriljarnias.fr

Avatar
A Propos De Cyril Jarnias

Cyril Jarnias est expert en gestion de patrimoine. Son objectif est de vous aider à mieux comprendre et gérer votre patrimoine. Gestion de patrimoine . (Placement, Assurance-vie, immobilier...). Vous pouvez reprendre ses articles pour vos sites : pour cela,vous devez juste reprendre ces quelques lignes en insérant le lien vers mon site : https://www.cyriljarnias.fr

Vous voulez me contacter ?
Réagir à cet article ?!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 
Vous voulez des conseils personnalisés GRATUITS ? Testez notre outil de pré-bilan !
Vous voulez des conseils GRATUITS ?
Conseils GRATUITS ?
Cyril Jarnias: votre spécialiste en gestion de patrimoine

Vous voulez bénéficier de mon expertise? Je vous propose « Mon service Gratuit et Sur Mesure ». Cet outil de pré-bilan vous offre des solutions personnalisées en fonction de votre situation.

Pour découvrir cet outil, c'est par ici:

C'est gratuit et sans engagement !
Cyril Jarnias