+33 9 77 19 82 80   contact@cyriljarnias.fr

Investir dans les matières premières : le guide COMPLET

Investir dans les matières premières

Petit rappel : Une matière première est un actif tangible de base utilisé dans le commerce qui est interchangeable avec d’autres biens du même type. Une matière première est très souvent utilisée comme une matière nécessaire à la fabrication d’autres biens ou services. La qualité d’une matière première peut légèrement varier, mais elle reste cependant uniforme pour l’ensemble des producteurs. Une matière première est négociable sur un marché financier réglementé. Aux USA, les matières premières négociables sur un marché financier sont appelées : “Commodities”.

Faut-il investir dans les matières premières ? Comment est fixé le prix des matières premières ? Quelles sont les matières premières à négocier sur les marchés financiers ? Quels sont les brokers spécialisés dans la négociation de matières premières ? 

Je vous propose dans ce dossier d’étudier le trading dans les matières premières.

Disclaimer : Les informations publiées sur cette page ne peuvent en aucun cas être considérées comme étant un conseil en investissement. Les informations sur ce dossier consacré à l’investissement dans les matières premières ne représente pas une offre de produits ou de services pouvant être assimilée à un appel public à l’épargne ou à une activité de démarchage ou de sollicitation en vue d’acquérir un produit financier. N’oubliez pas que les performances passées ne préjugent en rien des performances futures. Si vous avez besoin de conseils personnalisés, je vous invite à me contacter. Je suis expert en gestion de patrimoine avec plus de quinze ans d’expérience dans le domaine de la gestion de patrimoine.

Qui achète les matières premières ?

Les acheteurs et les vendeurs des matières premières

La plupart des grandes classes de matières premières sont négociables sur un marché réglementé. On détaille un peu plus loin dans le dossier les différentes places boursières spécialisées dans la négociation des matières premières.

On distingue plusieurs types d’acheteurs de matières premières : les producteurs / industriels et les traders (les spéculateurs).

Les traders

Le trader est un professionnel de la finance qui négocie sur les marchés des matières premières dans le seul et unique but de profiter de la volatilité des prix. Ces traders n’ont pas l’intention de faire ou de prendre livraison de la marchandise réelle à l’expiration du contrat à terme.

Les marchés des matières premières représentent un véritable terrain de jeu pour les traders. Certains marchés sont très liquides. La volatilité constatée sur le marché des matières premières est souvent spectaculaire. Ce sont des marchés très attractifs pour des spécialistes du Day Trading (technique spéculative qui consiste à acheter et revendre au bout de quelques minutes un actif afin de profiter d’une faible variation du prix).

Mais on peut également y trouver quelques investisseurs souhaitant avant tout diversifier un portefeuille d’investissement. Les matières premières ne se négocient pas en tandem avec les marchés d’actions ou d’obligations, et très souvent les matières premières sont utilisées comme un moyen de diversifier un portefeuille boursier (et parfois couvrir certains risques).

Les producteurs et les industriels (acheteurs)

La seconde grande classe d’utilisateurs : ce sont bien sûr les producteurs et les industriels. Car ne l’oublions pas, le marché des matières premières est avant tout un marché destiné à négocier l’achat et la vente de matières premières.

La vente et l’achat de matières premières s’effectuent généralement par l’intermédiaire de contrats à terme sur les marchés financiers.

Un contrat à terme normalise généralement une quantité et une qualité.

Les producteurs et les industriels font ou prennent généralement la livraison réelle de la marchandise à l’expiration du contrat à terme.

Exemple

Le maïs est l’une des matières premières les plus produites aux USA. Le maïs est une denrée alimentaire fortement consommée dans le monde, elle entre dans la composition de nombreux aliments ainsi que dans l’alimentation du bétail. Le maïs se négocie donc ainsi sur des marchés réglementés. Le contrat à terme sur le maïs est un contrat à terme négocié sur un marché réglementé (le Chicago Board of Trade, connu également sous le nom de CBOT). Le contrat à terme sur le maïs est l’un des cinq contrats à terme sur les matières premières les plus couramment négociés sur les marchés financiers aux USA. 

Le contrat à terme stipule qu’un contrat à terme de mais porte sur la livraison de 5 000 boisseaux. Le contrat indique également la qualité de la matière première.

Bon à savoir :

Un contrat à terme est un produit financier qui vous donne le droit d’acheter (ou de vendre) un actif sous-jacent pré-déterminé (une matière première : du blé) à un prix défini à l’avance à une date prédéterminée.

Le cours d’un contrat à terme est défini sur les marchés financiers réglementés, selon la loi de l’offre et de la demande.

Un contrat à terme est souvent utilisé par un producteur pour se couvrir contre le risque de perdre de l’argent si le prix de sa matière première chute avant la récolte. Le producteur peut ainsi vendre des contrats à terme sur les marchés financiers au moment de la plantation et garantir ainsi un prix déterminé à l’avance pour sa matière première au moment de la récolte.

Comment est fixé le prix des matières premières ?

Comment est fixé le prix d'une matière première ?

Une matière première se négocie sur les marchés à terme (connu également sous le nom de marché des Futures). Un contrat à terme a plusieurs caractéristiques qui lui sont propres telles que : le prix d’exercice, la date d’exercice (sa date d’expiration en quelque sorte), la taille du lot (exprimé en unités, par exemple 5 000 boisseaux) et bien évidemment le produit de base négocié.

Le prix d’un contrat à terme est fixé par la loi de l’offre et de la demande. Un carnet d’ordres permet d’enregistrer l’ensemble des ordres d’achat et de vente des intervenants.

Quelles sont les matières premières à négocier ?

Quelles sont les matières premières à négocier ?

Les matières premières sont considérées comme le premier bien négociable sur un marché réglementé. L’histoire de la négociation des matières premières remonte à l’Antiquité, bien avant l’apparition des actions ou des obligations.

Bon à savoir :

Il existe principalement quatre grandes catégories de matières premières : les produits agricoles, l’énergie, les métaux ou encore la viande. On vous détaille ci-dessous quelques exemples de produits de base dans chacune de ces catégories.

Les produits agricoles

Plusieurs marchés proposent des contrats à terme spécialisés dans des produits de base agricole, comme le Chicago Board of Trade (CBOT), le Paris Stock Exchange. Les contrats à terme spécialisés dans les produits agricoles sont destinés à couvrir des producteurs agricoles au moment de la plantation contre une baisse future du prix de vente des produits. Des traders spéculent à la hausse ou à la baisse sur les cours des actifs sous-jacents. On peut négocier des produits de base tels que le blé, le maïs, le soja, l’avoine, le riz, le colza, l’huile de palme, l’huile de Colza, les graines de soja, les tourteaux de soja, le jus d’orange, le café,…

L’énergie

Certaines bourses sont spécialisées dans la négociation de contrats à terme basés sur des produits liés au secteur de l’énergie. Le New York Mercantile Exchange (connu également sous le nom de Nymex) est spécialisé dans la négociation de contrats à terme liés au secteur de l’énergie. On peut citer des produits de base tels que le pétrole Brent, le pétrole WTI, le gaz naturel, l’électricité,…

Les métaux

Les métaux peuvent également se négocier sur des marchés réglementés de contrats à terme. Plusieurs marchés sont spécialisés dans la négociation des métaux, on peut citer le Chicago Board of Trade (CBOT), le Nymex ou encore le London Metal Exchange. On peut ainsi négocier des métaux tels que l’or, l’argent, le cuivre, le Palladium, le Rhodium, le Platine.

La viande

La viande se négocie également sur des marchés réglementés sous la forme de contrats à terme. Le Chicago Mercantile Exchange (connu sous le nom de CME) proposent aux intervenants de négocier des contrats à terme sur des produits de base comme les poitrines de porc ou les porcs maigres. Les contrats à terme sont également un outil financier utilisé par des gros groupes alimentaires pour se protéger contre une évolution défavorable des prix du cours sous-jacent. On peut y négocier des contrats à terme basés sur des actifs sous-jacents tels que les caracasses de porc, les bovins,…

Où se négocient les matières premières ?

Où se négocient les matières premières ?

La plupart des principales bourses américaines, qui négocient des matières premières, sont domiciliées à New York ou à Chicago. Il existe également quelques bourses spécialisées dans la négociation de matières premières en Europe. La liste ci-dessous n’est bien sûr pas exhaustive.

Le Chicago Board of Trade (CBOT)

Marché spécialisé dans la négociation du blé, de l’avoine, du riz, de l’éthanol, des métaux rares comme l’or ou l’argent ou encore des produits agricoles tels que le maïs ou le soja.

Le Chicago Mercantile Exchange (CME)

Le Chicago Mercantile Exchange (CME) est spécialisé dans la négociation des produits tels que le beurre, les bovins, le lait, les poitrines de porc, les porcs maigres ou encore le bois.

Le New York Mercantile Exchange (Nymex)

Le New York Mercantile Exchange (Nymex) est spécialisé dans la négociation des produits tels que les métaux (or, argent, cuivre, platine, palladium, aluminium) ou encore l’énergie (pétrole, électricité, propane, mazout).

Le ICE Futures US

Marché spécialisé dans la négociation de denrées alimentaires telles que le jus d’orange, le cacao, le café ou encore le sucre.

Le London Metal Exchange (LME)

Le London Metal Exchange (LME) est un marché spécialisé dans le négoce des métaux non ferreux tels que le nickel, l’aluminium, le plomb, le zinc, l’étain ou encore le cuivre. Le marché offre une bonne liquidité dans son ensemble avec un volume de négociation (696 597 lots négociés par jour en 2019 en moyenne).

Le Tokyo Commodity Exchange (TOCOM)

Le Tokyo Commodity Exchange est le marché électronique japonais spécialisé dans la négociation des matières premières. Le marché est également connu sous le nom de TOCOM. Le marché permet aux investisseurs institutionnels, ainsi qu’aux acteurs des matières premières de négocier des matières premières telles que des métaux précieux, du pétrole ou encore du caoutchouc.

Le Paris Stock Exchange (Bourse de Paris)

La bourse de Paris dispose également de son propre marché de négociation de matières premières. Il est ainsi possible de négocier des matières premières telles que les produits agricoles (maïs, du colza, du blé), des métaux précieux (Argent, Or, Palladium, Platine, Rhodium, Iridium).

Le London Bullion Market Association (LBMA)

Le London Bullion Market Association (connu sous le nom de LBMA) est le marché des métaux précieux de la Bourse de Londres. Des métaux précieux tels que l’or ou encore l’argent sont négociés sur ce marché. Les échanges sont supervisés par la Banque d’Angleterre.

Le Singapore Commodity Exchange (SICOM)

La Bourse du Singapore Commodity Exchange (connu également sous le nom de SICOM) est un marché spécialisé dans la négociation de contrats à terme sur des produits de base liés au secteur de l’énergie (mazout, gazole, kérosène, essence).

Le International Petroleum Exchange (IPE)

Le marché International Petroleum Exchange (IPE) est une Bourse basée à Londres, spécialisée dans la négociation de contrats à terme sur des produits de base liés au secteur de l’énergie tels que le pétrole brut Brent ou encore le Gazole.

Le Tokyo Grain Exchange (TGE)


Le Tokyo Grain Exchange (connu également sous le nom de TGE) est une bourse financière spécialisée dans la négociation de contrats à terme liés au secteur des denrées alimentaires. Les traders peuvent ainsi y négocier des produits de base tels que le soja, le café arabica, les haricots rouges, le sucre roux, la soie naturelle ou encore le maïs.

Les brokers spécialisés dans la négociation des matières premières

Les brokers des matières premières

Bon à savoir :

Pour négocier un contrat à terme sur un marché financier réglementé spécialisé dans les matières premières, il est nécessaire de disposer d’un compte financier ouvert auprès d’un broker spécialisé dans les futures. La plupart de ces brokers n’acceptent malheureusement pas les particuliers, mais on peut tout de même en trouver quelques-uns acceptant d’ouvrir des comptes aux particuliers.

InteractiveBrokers

InteractiveBrokers est l’un des courtiers américains les plus connus au monde. Les frais sont très faibles (à partir de 0,25 dollar par contrat négocié). Il n’y a pas de minimum pour l’ouverture d’un compte. Le courtier en ligne dispose en plus d’une API (interface permettant à un programme informatique externe de communiquer de manière automatique avec le système informatique du courtier en ligne).

Le courtier en ligne n’est pas exclusivement limité à la négociation de matières premières. Il est également possible de négocier toutes sortes de produits financiers : actions, indices boursiers, produits agricoles, métaux, énergie, obligations,…

Interactive Brokers vous donne un accès aux principales bourses financières américaines dédiées à la négociation des matières premières : CBOT, Cboe Futures Exchange, CME, Nymex, ICE,…

Le courtier en ligne est incontournable sur le marché américain.

TradeStation

Les frais sont assez bas dans l’ensemble (à partir de 0,85 dollar). Il n’y a pas de minimum pour l’ouverture d’un compte. Le courtier en ligne n’est pas exclusivement spécialisé dans la négociation de matières premières. Les clients ont accès à toutes sortes d’actifs financiers : les actions, obligations, les options, les cryptomonnaies et bien sûr les contrats à termes (Futures). TradeStation propose également une API, ce qui est très pratique pour développer des systèmes intelligents de trading automatique. Un particulier peut ouvrir un compte auprès de ce courtier en ligne.

E*Trade

Le courtier en ligne américain E*Trade est l’un des courtiers en ligne les plus connus. A ma connaissance, il n’est pas possible pour un particulier résidant en Europe d’ouvrir un compte auprès de ce courtier en ligne. Mais une société américaine (comme une LLC) a le droit d’ouvrir un compte auprès de ce courtier. E*Trade n’impose pas non plus de minimum pour l’ouverture d’un compte. Les frais de courtage en ligne sont parmi les plus bas du marché (à partir de 1,50 dollar). Le courtier en ligne est réputé pour la qualité de son service après-vente. Les investisseurs peuvent bien sûr profiter d’une large gamme de produits financiers négociables. En revanche, la navigation sur le site web du courtier en ligne reste assez peu intuitive, ce qui est dommage.

Charles Schwab

Le courtier en ligne Charles Schwab n’est pas exclusivement spécialisé dans la négociation de matières premières, mais en revanche le courtier offre une très vaste gamme de produits financiers négociables (actions, obligations, cryptomonnaies, ETF, options,…). Il n’y a pas de minimum pour l’ouverture d’un compte financier. Il n’y a pas de frais d’ouverture de compte, ni de frais de maintenance.

Ameritrade

Le courtier en ligne Ameritrade est spécialisé dans la négociation d’actifs financiers. Tout comme ses prédécesseurs, le courtier en ligne n’est pas exclusivement spécialisé dans la négociation de matières premières. Le courtier en ligne propose une large gamme d’actifs financiers négociables : actions, obligations, ETFs, cryptomonnaies, Forex ainsi que les matières premières. Les investisseurs peuvent ainsi négocier des contrats à terme dans l’énergie, le secteur agricole ou encore les métaux. Il n’y a pas de minimum pour l’ouverture d’un compte, mais gardez bien à l’esprit que l’ouverture d’un compte auprès de ce courtier en ligne exige généralement un minimum d’investissement (dépôt nécessaire pour la couverture de la position sur le marché).

Degiro

Degiro est l’un des principaux courtiers en ligne en Europe. Degiro revendique à l’heure actuelle plus de 2 millions d’utilisateurs en Europe, ce qui est considérable. Le courtier en ligne est très attractif pour la négociation d’actions ou d’ETFs, avec une absence de commission. Pour la négociation de contrats à terme, les frais démarrent à seulement 0,75 euro par contrat, ce qui est dans la moyenne basse pour l’ensemble des courtiers en ligne. Degiro vous donne accès aux principales bourses américaines spécialisées dans la négociation de matières premières, comme la bourse du CME, le CBOE, le CBOT, le Nymex ou encore le Comex. Par contre, en revanche, en plus des frais de courtage (à partir de 0,75 dollar par contrat + frais du CBOE ou CME), le courtier en ligne vous facture des frais de connexion de 5 dollars par mois par place de marché.

IG


Le courtier en ligne IG est spécialisé dans la négociation de produits financiers. Le courtier se vante d’être le numéro un mondial de la négociation des CFDs. A ce jour, le courtier offre la possibilité à sa clientèle de négocier plus de 17 000 valeurs financières. Le courtier en ligne offre un accès simplifié au marché des contrats à terme avec les CFDs (Contrat sur la différence). Ce sont des produits financiers avec un fonctionnement simplifié. Vous ne pourrez donc pas (à ma connaissance) négocier des contrats à terme spécialisés dans les matières premières, mais uniquement des CFDs.

Investir dans les matières premières : les risques

Les risques d'investir dans les matières premières

Pour des traders ou des investisseurs sophistiqués

Inutile de vous le rappeler, mais le trading sur les matières premières est réservé exclusivement aux traders et investisseurs sophistiqués.

Les traders sont des négociants sophistiqués qui achètent des actifs pour des périodes de temps très courtes et emploient certaines stratégies afin de tirer profit des fluctuations du prix de l’actif. Les traders liquident leurs positions avant l’échéance du contrat à terme.

Forte fluctuation du prix = gros risque

L’amplitude du prix est très forte sur ce type de produits financiers. On peut enregistrer une hausse ou une baisse en l’espace de quelques minutes. 

Pour des traders, l’effet de levier est souvent une technique spéculative qui consiste à “emprunter” une somme d’argent pour négocier un plus grand volume de matières premières. C’est bien évidemment une technique fortement déconseillée dans une optique patrimoniale dans la mesure où on démultiplie les performances de l’actif sous-jacent.

L’effet de levier = danger pour les traders

L’effet de levier est une technique spéculative qui consiste à multiplier son exposition sur les marchés financiers en immobilisant qu’une partie seulement de son capital. Les courtiers en ligne proposent souvent des effets de levier aux traders. Mais si l’effet de levier permet de démultiplier les performances de l’actif sous-jacent, il représente également un risque non négligeable de perdre une partie ou la totalité de son capital sur les marchés financiers.

Faible performance sur le long terme


La performance des matières premières est très décevante sur le long terme. Pour s’en convaincre, il suffit d’analyser le prix de l’or et son évolution au cours des quarante dernières années. Le métal a largement sous-performé le marché des actions.

Conclusion : Faut-il investir dans les matières premières ?

A moins d’investir dans un courtier en ligne ou une société spécialisée dans le trading des matières premières, on ne peut pas véritablement parler d’investissement.

Les contrats à terme sont des contrats basés sur des actifs sous-jacents (des matières premières par exemple). Le prix de ces contrats est bien sûr déterminé exclusivement par la loi de l’offre et la demande. Si la liquidité est très abondante sur ces marchés, il faut bien garder à l’esprit que les amplitudes enregistrées sur ces marchés sont très fortes. La plupart des courtiers en ligne proposent en plus un effet de levier pour démultiplier les performances de l’actif sous-jacent dans son portefeuille. C’est une technique financière très risquée, et beaucoup de traders y ont perdu bien plus que leur chemise.

Les principales bourses spécialisées dans la négociation de matières premières sont généralement fréquentées par les industriels et les producteurs, mais également par des traders.

Pour le trading de matières premières, il convient ainsi d’être ainsi particulièrement prudent. Une trop forte exposition de son portefeuille boursier peut avoir des conséquences dramatiques sur son patrimoine financier. On peut potentiellement tout perdre !

Si vous souhaitez investir sur les marchés financiers, je vous invite à consulter mon dossier consacré à l’investissement dans les startup ou encore l’investissement dans les SPAC. N’hésitez pas à me contacter si vous avez besoin d’un complément d’informations.

Mes services

Bilan patrimonial unique et confidentiel

Immobilier international

Expatriation et retraite à l’étranger

Qui suis-je

Je suis Cyril Jarnias, expert en gestion de patrimoine indépendant depuis plus de 20 ans. J’aide particuliers et chefs d’entreprise à « Construire, protéger et transmettre votre patrimoine en toute sérénité ». J’interviens dans de nombreux médias sur le patrimoine : BFM Business, La Tribune, Les Echos, Investir notamment.

3 étapes. 1 idée forte. Votre patrimoine.

Depuis plus de 20 ans, j'accompagne mes clients dans la gestion de leur patrimoine.

Mon approche est simple : vous permettre de Construire, Protéger et Transmettre votre patrimoine en toute sérénité.

Contactez-moi

Vous désirez faire croître votre patrimoine?

N'hésitez pas à me contacter afin de déterminer comment je peux vous aider à construire, protéger et transmettre votre patrimoine en toute sérénité.

+33 9 77 19 82 80

Je dispose de + de 100 000 euros d'épargne.*
Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Pin It on Pinterest

Share This