+33 9 77 19 82 80   contact@cyriljarnias.fr

Placement sur les pays émergents : que s’est il passé en novembre?

par | 20 Déc 2012 | Pays émergents

Cyril Jarnias Expert en Gestion de Patrimoine indépendant

Régulièrement sur le blog gestion de patrimoine, je me penche sur l’em report de Raiffeisen Capital Management sur le pays émergents.

Le mois de novembre aura été marqué par une baisse des marchés financiers émergents à l’exception de l’Inde et des Philippines. Les placements actions sur les pays émergents n’ont donc pas été à la fête.

Le mois d’octobre avait été marqué par une prise de bénéfices sur les marchés actions émergents. Je ne cesse de répéter que pour faire de la gestion de patrimoine, il faut aller chercher un placement en dehors de l’Europe.

Il faut donc s’intéresser aux pays émergents,

Une chose à savoir, les pays émergents sont fortement orientés vers les exportations, ils ont donc besoin d’une économie internationale robuste.

Ils ont également besoin d’avoir des devises bons marchés pour que rendre leurs produits à l’exportation attractifs.

En parallèle, Ils jouent aussi un rôle sur le cours des matières premières et de l’énergie : leurs développement interne les poussent à être de grands consommateurs sur ces ressources.

Si tous ces facteurs ne vont pas vers une orientation favorable à leurs économies : les pays émergents ralentissent.

Si on regarde, les classes d’actifs :

les perspectives pour les actions, les devises et les obligations émergentes resteraient positives pour le trimestre à venir. Néanmoins, la valorisation des actions émergentes serait plus intéressante (on en revient toujours à la problématique de hausse des taux et son impact sur les obligations dans un environnement dépressif où les taux sont maintenus artificiellement bas).

Regardons maintenant la situation pays par pays émergents :

Chine :

En novembre, le marchés des actions chinoises (les actions A sur le marché local) a continué à montrer des signes de faiblesse.

Le gouvernement chinois tente de maintenir basse sa devise le yuan. Les prochaines mois devraient montrer le retour ou non de la hausse des actions chinoises si les flux de capitaux redeviennent favorables vers les actions avec le retour d’une accélération la croissance en Chine.

Inde :

5,3% de croissance annualisée, un marchés actions a plus de 25% depuis le début de l’année 2012, tout dépendra de la capacité du gouvernement indien à éviter une hausse des prix et rassurer les agences de notation sur son endettement et ses perspectives de croissance.

Brésil :

Volonté du gouvernement brésilien de déprécier la devise locale le réal pour soutenir l’industrie brésilienne

Les craintes sur la devise, des pressions inflationnistes, la conjoncture mondiale moins favorable n’ont pas permis aux marchés d’être en hausse en novembre. Pourtant, sur le prochain trimestre, le marchés des actions brésiliennes pourrait être plus favorable.

Turquie : 

L’inflation repartirait à cause de la pression fiscale et des prix administrés. Les obligations turques se sont bien comportés du fait d’une politique monétaire qui pourrait être plus accommodante et un relèvement de la note de la Turquie par l’agence de notation Fitch (si les taux baissent, les obligations grimpent mécaniquement).

L’indice turque ISE-100 a gagné son record historique en novembre.

Zoom sur les pays d’Europe de l’Est :

Russie :

La conjoncture en Russie serait moins favorable mais cela aurait pour conséquence de réduire les pressions sur les prix. Cela pourrait amener à un assouplissement monétaire en Russie.

En novembre, l’afflux de capitaux étrangers vers les obligations d’Etats russes a donné “un coup de fouet à ce marché”.

Les actions russes ont donc fait du surplace en novembre.

Pologne :

Ralentissement économique et pression inflationniste moins forte. La banque centrale polonaise va mener une politique monétaire accommodante pour soutenir l’économie.

Cela permet aux obligations polonaises de bien se comporter tout comme les marchés actions : l’indice polonais WIG a gagné de l’ordre de 4%.

République Tchéque :

La politique d’austérité menée par le gouvernement couplée par la crise en Europe pèse sur l’économie tchèque.

Les obligations sur ce pays ont en général peu évolué et le marché des actions tchèques ont grimpé boostées par les valeurs financières (des valeurs autrichiennes cotées en République Tchèque).

Hongrie :

Au 3ème trimestre, l’économie hongroise reste en recul. Le gouvernement hongrois en est à son troisième plan d’austérité, cela pèse sur le secteur de l’énergie et sur les banques.

Les obligations hongroises libellées en florins sont celles qui se comportent le mieux depuis le début de l’année dans l’univers des dettes émergentes.

Le marchés actions, malheureusement, connait une correction importante en novembre, l’indice hongrois BUX perd de l’ordre de 5%.

 Que conclure?

Les pays émergents restent convalescents et subissent la crise de l’endettement en Europe et aux USA.

Les recettes sont toujours identiques : maintenir des taux bas pour relancer l’investissent, le choix d’une politique d’austérité pour se désendetter ou encore lutter contre l’inflation.

Si on peut estimer que ces marchés pourraient être mieux orientés sur le prochain trimestre, cette crise sera longue à digérer pour les pays émergents.

Tout dépendra de la capacité de ces pays à trouver un relais de croissance économique avec leur consommation intérieure.

Investir dans les pays émergent : ce n’est ni le meilleur placement ni un mauvais placement pour un épargnant, c’est en priorité une zone à regarder pour diversifier ses placements à long terme.

Internaute, épargnant curieux mais zappeur, ne prenez pas la fuite dès la première page!

Curieux, audacieux, en quête de conseils gratuits?

En  vous abonnant à la newsletter, je vous offre un ebook pour  vous aider à mieux comprendre vos placements et gérer votre patrimoine durant la crise!

Cyril JARNIAS

 

Mes services

Bilan patrimonial unique et confidentiel

Immobilier international

Expatriation et retraite à l’étranger

Qui suis-je

Je suis Cyril Jarnias, expert en gestion de patrimoine indépendant depuis plus de 20 ans. J’aide particuliers et chefs d’entreprise à « Construire, protéger et transmettre votre patrimoine en toute sérénité ». J’interviens dans de nombreux médias sur le patrimoine : BFM Business, La Tribune, Les Echos, Investir notamment.

3 étapes. 1 idée forte. Votre patrimoine.

Depuis plus de 20 ans, j'accompagne mes clients dans la gestion de leur patrimoine.

Mon approche est simple : vous permettre de Construire, Protéger et Transmettre votre patrimoine en toute sérénité.

Contactez-moi

Vous désirez faire croître votre patrimoine?

N'hésitez pas à me contacter afin de déterminer comment je peux vous aider à construire, protéger et transmettre votre patrimoine en toute sérénité.

+33 9 77 19 82 80

Je dispose de + de 100 000 euros d'épargne.*
Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Pin It on Pinterest

Share This