+33 9 77 19 82 80   contact@cyriljarnias.fr

Quel bon placement pour vos enfants ?

Cyril Jarnias Expert en Gestion de Patrimoine indépendant

Vous cherchez le bon placement pour vos enfants.

Généralement, un jeune couple va se poser la question de la protection de sa famille.

 

Mieux, il peut déjà vouloir anticiper l’éducation de ses enfants.

 

On imagine légitime un couple vouloir le meilleur pour son enfant : financer une école prestigieuse, le permis de l’ainé ou encore financer la première voiture… Le champ du possible est large.

On pourrait même, tout simplement, aussi penser à la volonté de protéger ses enfants en leur laissant des capitaux s’il arrivait quelque chose aux parents.

 

Maintenant, s’il suffisait de prendre un simple livret A à 1% ou choisir un PEL à 2% aujourd’hui pour assurer la protection optimale de ses enfants, vous pourriez vous arrêter de lire cet article.

N’oubliez pas que jusqu’à l’âge des 16 de vos enfants, vous maîtrisez la gestion des capitaux placés.

 

Avoir un bon placement pour ses enfants, ce n’est malheureusement pas qu’avoir des placements comme le livret A, le livret jeune ou le PEL. Vous devez avoir une vraie stratégie de départ avec des objectifs patrimoniaux.

 

Je ne vais pas revenir sur le charme de la gestion de patrimoine et sur les objectifs patrimoniaux d’une famille. Le blog gestion de patrimoine dispose de 700 articles pour vous le prouver.

Avoir des objectifs est à mon sens fondamental avant d’envisager un quelque conque placement.

 

 

Je vous propose donc de raisonner en deux étapes pour choisir le placement ou les placements idéaux pour vos enfants.

 

Nous allons regarder ensemble vos objectifs globaux en se posant les bonnes questions pour votre famille puis passer en revue les solutions possibles.

 

 

Pour avoir le bon placement pour vos enfants : deux étapes.

 

Je vais me mettre à la place d’un couple qui a 35 ans et deux enfants de 5 et 10 ans.

 

Papa et maman travaillent, deux salariés avec une capacité d’épargne de 500 euros une fois le crédit de la résidence principale, les impôts et les charges courantes réglés.

 

Nous sommes dans le cas de la classe moyenne française « haute ». Le salaire moyen étant de 2100 euros environ en 2014 avec un taux d’épargne proche de 17% selon l’Insee. On est ici presque 30% au-dessus du niveau d’épargne d’un ménage français (plus si on prend le salaire média à 1700 euros en 2014).

 

 

Etape 1 : que doit-on faire avant de vouloir prendre des placements pour ses enfants ?

 

 

Je vous pose plusieurs questions :

 

Quel montant voudriez-vous placer tous les mois ?

 

Pourquoi voulez-vous placer de l’argent pour vos enfants ? Vos objectifs  sont ?

 

En premier, je me pose les bonnes questions pour avoir les bons objectifs et pour trouver les bons placements pour mes enfants.

 

Quel placement connaissez-vous ?

 

Vous pensez surtout à des placements financiers ? A de l’immobilier de rendement ?

 

Quelle est la durée d’investissement ? A quel âge voulez-vous débloquer les capitaux pour vos enfants ?

 

Quel rendement souhaitez-vous ? Qu’acceptez-vous de perdre pour avoir un meilleur rendement ?

 

Voulez-vous transmettre à vos enfants avec le moins de fiscalité possible ? En évitant d’éventuels droits de donation ou de succession ?

 

 

 

Etape 2 : regarder les placements que l’on a et les placements que l’on pourrait faire.

 

Sans reprendre chacune des questions :

 

Je pense que vous souhaitez assurer l’éducation de vos enfants ou encore laisser des capitaux s’il vous arrive quelque chose.

 

  1. La première chose à faire est de regarder déjà les placements que vous avez :

 

 

  1. Avez-vous un contrat d’assurance vie ? Pourquoi ne pas l’utiliser dans quelques années pour faire des rachats peu fiscalisés après 8 ans ?

 

  1. Vous fixez le montant que vous voulez placer tous les mois.

 

  1. Vous simulez par exemple sur 8 ans (âge du premier enfant majeur) avec un rendement à 2,5% net (rendement du fonds euros) le capital obtenu dans 10 ans avec un versement de 250 euros par mois (exemple). Le rendement pourrait être supérieur mais plus risqué si vous partiez sur des SCPI à 5% net par exemple (théorie soit le le double d’intérêts à terme)

 

Exemple : 250 euros par mois à 2,5%/an (ici il s’agit d’un profil 100% fonds euros sécurisé), vous aurez 73801 euros avec 8801 euros d’intérêts (chiffres arrondis / 16600 euros d’intérêt si SCPI à 5%).

 

Cela laisse donc un capital conséquent pour financer l’éducation et les besoins de votre enfant devenu majeur.

 

Avec 250 euros par mois en 10 ans, sur du fonds euros sécurisé, j’accumule plus de 70000 euros pour mes enfants avec l’assurance vie et le fonds euros. Surtout, ils pourront retirer les capitaux tous les ans après 8 ans avec peu ou pas de fiscalité !

 

 

  1. On peut imaginer que dans quelques années, vous pourrez donner les fruits de votre contrat d’assurance vie à vos enfants.

 

Vous allez voir les avantages de faire des donations.

 

Tous les 15 ans, vous aurez (à aujourd’hui) la possibilité 10000 euros à un enfant sans fiscalité.

 

Après 8 ans, une personne seule peut retirer 4600 euros sur son contrat d’assurance vie également sans impôt.

 

Vous voyez mieux l’intérêt de l’assurance vie comme placement pour vos enfants.

 

 

 

  1. Si vous avez de l’immobilier ou que vous investissez dans l’immobilier de rendement, locatif :

 

Vous pouvez continuer à vous constituer un patrimoine locatif.

 

Par exemple, vous avez choisi un bien immobilier Duflot.

 

Vous remboursez tous les mois un crédit sur ce bien.

 

Vous avez la pleine propriété de votre bien.

 

Vos loyers sont généralement fiscalisés à moins que vous soyez sur un bien immobilier Pinel par exemple pour réduire votre impôt sur le revenu.

 

 

Ce qui nous intéresse ici c’est le fait qu’à ce jour vous disposiez de 100% de la propriété (ou pleine propriété) de votre bien immobilier.

 

 

Avec un placement immobilier locatif et du démembrement de propriété, je pourrais aider mon enfant à bénéficier des revenus des loyers tout en baissant ma fiscalité et en gardant mon bien à terme.

 

A la majorité de votre enfant, vous pourrez démembre votre bien immobilier locatif.

 

L’objectif va être double ici :

 

On peut imaginer que votre enfant ne va plus être rattaché à votre foyer fiscal à sa majorité et n’aura pas de fiscalité même s’il bénéficiait de vos loyers.

 

Vous allez donner l’usufruit temporaire de votre bien à savoir les loyers qui lui apporteront des ressources pour par exemple financer ses études.

 

Jusqu’à présent vous aviez ou allez avoir une fiscalité sur vos loyers : vous éviterez ainsi le poids des revenus fonciers.

 

Mieux la valeur la nue-propriété d’un bien est mécaniquement inférieure à la pleine propriété de votre bien.

 

Si vous êtes soumis à l’ISF, impôt de solidarité sur la fortune, vous déclarez un bien démembré dont la valeur sera plus faible.

 

Enfin, par l’usufruit temporaire, rien n’est figé dans le marbre : une fois les études de votre enfant financées, vous pouvez reprendre la pleine propriété de votre bien.

 

Comment faire ? Vous passerez par un notaire pour revoir les droits de propriété de vos biens locatifs.

 

 

 

Un bon placement pour ses enfants : c’est comprendre les placements et se faire épauler.

 

 

En dehors du simple PEL, livret jeune ou encore livret A, avec l’assurance vie et l’immobilier locatif, vous avez des solutions pour aider vos enfants.

 

Vous pouvez diversifier vos placements pour vos enfants.

 

Vous voyez également que le rôle des donations et l’impact de la fiscalité sont fondamentaux.

 

 

Pourquoi devez-vous définir des objectifs globaux pour toute la famille avant de prendre un placement pour un enfant ?

 

Vous devez être en mesure de calculer votre capacité d’épargne.

 

Vous devez avoir une vraie stratégie pour constituer un patrimoine en optimisant votre fiscalité.

 

Vous pourrez ainsi mieux aider votre famille.

En me contactant et avec mon expertise, nous pouvons étudier  ensemble une stratégie pour aider et protéger vos enfants.

Le principal souci : c’est avoir une vision large des placements et mieux comprendre où l’on se sent le plus à l’aise en fonction de son profil de risque.

 

C’est en cela qu’un bon conseiller en gestion de patrimoine est indispensable pour partir sur les bonnes bases avec un co-pilote pour vous épauler.

 

 

Vous voulez aller plus loin ? Je vous propose de faire appel à mon expertise pour vous aider.

Mes services

Bilan patrimonial unique et confidentiel

Immobilier international

Expatriation et retraite à l’étranger

Qui suis-je

Je suis Cyril Jarnias, expert en gestion de patrimoine indépendant depuis plus de 20 ans. J’aide particuliers et chefs d’entreprise à « Construire, protéger et transmettre votre patrimoine en toute sérénité ». J’interviens dans de nombreux médias sur le patrimoine : BFM Business, La Tribune, Les Echos, Investir notamment.

3 étapes. 1 idée forte. Votre patrimoine.

Depuis plus de 20 ans, j'accompagne mes clients dans la gestion de leur patrimoine.

Mon approche est simple : vous permettre de Construire, Protéger et Transmettre votre patrimoine en toute sérénité.

Contactez-moi

Vous désirez faire croître votre patrimoine?

N'hésitez pas à me contacter afin de déterminer comment je peux vous aider à construire, protéger et transmettre votre patrimoine en toute sérénité.

+33 9 77 19 82 80

Je dispose de + de 100 000 euros d'épargne.*
Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Pin It on Pinterest

Share This