+33 9 77 19 82 80   contact@cyriljarnias.fr

placement et crise des banques : le cas de la Hongrie

par | 25 Sep 2012 | Europe

On parle beaucoup de la crise bancaire aux USA ou encore Grèce mais, non loin de la France, des pays d’Europe de l’Est ont quelques soucis avec les banques. Regardons le cas de la Hongrie.

J’aime bien ouvrir les frontière sur le blog  en gestion de patrimoine à l’image des points de Ting OUYANG sur la Chine cliquez ici.

Pour une fois, je ne vais pas vous parler de napoléon or comme placement mais faire un peu d’économie et d’histoire.

Un peu d’histoire sur la Hongrie :

La Hongrie est un pays de l’Europe de l’Est faisant partie de l’Union Européenne depuis le 1er mai 2004. Elle a 10 076 062 habitants, sa superficie est trois fois plus grande (93 029km2) que celle de la Belgique (30 500km2). La Hongrie est une puissance moyenne à l’échelle européenne. Après le changement de régime (1989),  elle change de système économique et tente d’aller vers une économie de type capitaliste avec un secteur public encore important. Son modèle productif a longtemps été dominé par l’industrie (fabrication de camions, d’autobus, de matériel ferroviaire et de moteurs). Sa capacité agricole est très élevée, mais le secteur s’est délesté d’une part importante de sa main d’œuvre au bénéfice de sa modernisation. Comme de nombreux pays européens, l’économie hongroise s’est considérablement tertiarisée dans les dernières années. La Hongrie se distingue enfin dans le secteur de la recherche et de l’innovation technologique. Elle compte un nombre élevé de prix Nobel par habitant et ses échanges scientifiques sont de haut niveau. (Source Wikipédia)

Maintenant passons à la situation économique de la Hongrie pour mieux comprendre ce qu’il peut se passer avec ses banques.

Economie de la Hongrie :  la situation aujourd’hui

Il faut admettre que l’économie hongroise traverse une période particulièrement difficile. Le Bureau Central des Statistiques (KSH) révèle que le PIB de la Hongrie a baissé de 1,3% à la fin du deuxième trimestre de 2012 par rapport à la même période de l’année 2011.  Il annonce également la stagnation de la performance de la plupart des grands secteurs économiques. Bien que la valeur ajoutée brute du secteur de la communication et de l’information ait augmenté de 4,5%, celle du secteur agricole et de l’industrie du bâtiment a de nouveau chuté significativement.  Le moteur de la croissance des deux dernières années était l’industrie de transformation, destinée principalement à l’exportation. Mais la croissance de celle-ci s’est arrêtée brusquement pendant le deuxième trimestre. Pendant les six premiers mois de 2012 la performance de l’économie hongroise a baissé de 1% par rapport à la même période de l’année 2011.

D’après les données, pendant le deuxième trimestre,  la performance de l’économie hongroise a baissé de 1,1% par rapport au premier trimestre de 2011. Les analyses prévoient une baisse inévitable pour toute l’année 2012. Cependant, le Ministère de l’Economie se montre optimiste dans ses déclarations. Pas de panique, la baisse est conforme aux prévisions, mais à partir de l’année prochaine, on pourra compter sur l’augmentation constante de la croissance. D’où vient cet optimisme?

De nombreux investissements industriels deviendront actifs, permettant à ce secteur d’atteindre une vitesse de croisière et les résultats apparaîtront dans l’export ainsi que dans la production nationale. On espère également que le climat sera plus favorable pour le commerce extérieur, ce qui pourra entrainer la croissance de l’économie hongroise.

La communication officielle du Bureau Central des Statistiques (KSH) donne les résultats détaillés de tous les secteurs d’économie. La chute vertigineuse de 10,4%  de l’agriculture a contribué de l’ordre de 0,4% à la baisse du PIB. L’industrie n’a pas fait mieux en y contribuant à 0,2%, à l’exception de l’industrie de transformation dont les résultats ont stagné.

La fabrication de véhicules, qui pèse lourd dans la balance de l’industrie de transformation, se porte plutôt bien. Elle montre même une croissance significative. Par contre, la fabrication des ordinateurs et des produits électroniques et optiques montre une baisse remarquable, puisque les hongrois boudent ces produits maison. La performance de l’industrie du bâtiment est en baisse constante depuis des années, faisant chuté de 0,3% le PIB.

Si l’on additionne, on constate que l’ensemble des trois secteurs (agriculture, industrie et industrie du bâtiment) a baissé d’environ 1% le PIB du pays. (Source: Index 7 septembre 2012).

Imaginons maintenant qu’il existe un lien avec les banques dans le financement de l’économie.

D’où vient le malaise de l’économie hongroise?

La principale cause de la maladie tourne autour des crédits mis à la disposition des entreprises. D’après les données de la Banque Centrale de Hongrie (MNB), la situation de la Hongrie est la moins bonne parmi les pays européens. Le système de versement de crédit provenant des banques hongroises aux entreprises du pays est pratiquement effondré. La chute est plus que vertigineuse! Les experts du secteur bancaire savent très bien que la crise a infligé un coup violent sur l’activité de crédit des banques hongroises aux entreprises et aux particuliers. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : entre décembre 2008 et juillet 2012, la capacité de crédit des banques vers les entreprises a baissé de 13%, vers les particuliers de 4,9%. Pour compenser, les entreprises se tournent vers l’étranger et les investisseurs sur les marchés obligataires. Ainsi, on a pu observer une expansion spectaculaire des crédits auprès des banques étrangères, passant de 40% à 48% entre 2008 et 2012. Et c’est une tendance caractéristique du crédit des sociétés multinationales installées en Hongrie. La décision leur est imposée par la maison mère. On peut également constater que le stock d’obligations des entreprises hongroises n’a pas diminué sous l’effet de la crise. Par contre, son augmentation est nettement arrêtée et la place du crédit bancaire hongrois a été prise par d’autres formes de financement (Source :  portofolio.hu 210912).

Que conclure?

Malgré ce que l’on viens de lire, l’activité des banques hongroises dans le domaine de l’offre de crédit aux entreprises joue un rôle important dans l’augmentation du PIB. Certaines prévisions disent que si le stock des obligations des entreprises augmentait de 2%, cela entraînerait une augmentation de 1% du PIB, ce qui donnerait beaucoup d’élan aux systèmes de crédit d’entreprise.  Malheureusement pendant les quatre dernières années, la tendance allait dans un sens défavorable : le rythme de l’augmentation du PIB et le placement de crédit net des entreprises sont retombés d’une façon dramatique.

Moralité de l’histoire, le rôle des banques peut avoir des conséquences systémiques dans une économie. Malheureusement, si la Hongrie est un cas d’école, depuis la crise de l’immobilier US en 2007, on retrouve systématiquement les banques comme un des détonateurs de la crise actuelle.

Je le répète s’intéresser à l’économie dans le monde est important pour faire de la gestion de patrimoine.

Un grand merci pour l’aide qu’Andréa Molnar, Docteur en lettres, m’apporté pour cet article bien documenté car il porte sur des données locales récentes sur la Hongrie.

Internaute, épargnant curieux mais zappeur, ne prenez pas la fuite dès la première page!

Curieux, audacieux, en quête de conseils gratuits sur la gestion de patrimoine ou de votre patrimoine?

En  vous abonnant à la newsletter, je vous offre un ebook pour  vous aider à mieux comprendre vos placements et gérer votre patrimoine durant la crise!

Cyril JARNIAS

 

 

Mes services

Bilan patrimonial unique et confidentiel

Immobilier international

Expatriation et retraite à l’étranger

Qui suis-je

Je suis Cyril Jarnias, expert en gestion de patrimoine indépendant depuis plus de 20 ans. J’aide particuliers et chefs d’entreprise à « Construire, protéger et transmettre votre patrimoine en toute sérénité ». J’interviens dans de nombreux médias sur le patrimoine : BFM Business, La Tribune, Les Echos, Investir notamment.

3 étapes. 1 idée forte. Votre patrimoine.

Depuis plus de 20 ans, j'accompagne mes clients dans la gestion de leur patrimoine.

Mon approche est simple : vous permettre de Construire, Protéger et Transmettre votre patrimoine en toute sérénité.

Contactez-moi

Vous désirez faire croître votre patrimoine?

N'hésitez pas à me contacter afin de déterminer comment je peux vous aider à construire, protéger et transmettre votre patrimoine en toute sérénité.

+33 9 77 19 82 80

Nom*
Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Pin It on Pinterest

Share This