Cyril Jarnias : on ne vends pas de produits ici !
gestion de patrimoine
0

Investir dans le vin : que faut-il savoir ?

Investir dans le vin : que faut-il savoir ?
par cyril jarnias - le 01 avril 2018

Investir dans le vin : tout seul ou uniquement pour des connaisseurs avec le bon réseau?

Investir dans le vin n’est pas une mainte affaire pour celui qui cherche des actifs tangibles et à diversifier son patrimoine.

Le marché du vin est devenu un domaine qui attire de nombreux investisseurs amateurs ou professionnels en France. Grâce à la bonne réputation internationale des crus français et l’évolution constante du marché,  s’impliquer efficacement dans ce domaine devient tout à fait envisageable. S’il a été toujours considéré que seuls les experts en vin pourraient espérer avoir des gains dans leurs investissements : on reconnait actuellement qu’investir dans le vin peut être un milieu beaucoup plus ouvert au grand public.

Toutefois,  la pratique de l’activité requiert certaines connaissances que ce soit au niveau de la production, de la vente, mais aussi de la loi.

Que faudrait-il donc savoir avant de se lancer dans ce domaine ? Si vous avez songé à  investir dans le vin, cet article va justement vous aider à obtenir quelques éléments de réponses et probablement quelques idées ;-).


Sommaire

  1. Le marché du vin en France et dans le monde
  2. Les contraintes
  3. Le taux de rendement dans le passé
  4. La réglementation et la fiscalité
  5. Les pièges à éviter
  6. Le montant et le rendement futur possible
  7. Les produits sur lesquels investir 
  8. Les sociétés spécialisées dans ce secteur
  9. Conclusion

1. Le marché du vin en France et dans le monde

La production et les différents échanges internationaux de vins ne cessent de connaître de grandes évolutions. Désormais, le vin fait partie des rares produits de consommation qui continuent à progresser et à voir sa demande augmenter.

Les différentes études économiques liées au sujet sont de plus en plus avancées et les actions en conséquence expliquent la raison d’être de différents salons et rencontres pour la promotion des ventes et la dynamisation de ce marché. Tels sont par exemple le cas des  rencontres à l’échelle mondiale comme Vinexpo ou  encore d’autres évènements comme des salons nationaux qui réunissent les prestataires potentiels en France.

Si on se concentre justement sur la France, il faut savoir que le vin est une source de richesse pour le pays. Aussi bien son paysage et son économie sont étroitement liés à la production et à la vente de vins. À noter que plus 750 000 hectares du territoire français qui sont couverts de champ de vigne. En outre, le pays se trouve à la troisième place en tant que producteur de vin mondial et le premier exportateur de vin international. D’ailleurs, l’année passée a été justement considérée comme une année exceptionnelle dans l’histoire de l’exportation de vin française. Son chiffre d’affaires a connu une très grande progression, soit une augmentation d’environ un milliard d’euros.

La France reste dans le top 3 dans le secteur du vin.

 

En ce qui concerne les particularités et les tendances du pays, la France est reconnue pour ses vins de qualité. Elle dispose même d’une longue liste de noms de vins qui sont classés parmi les vins de qualité supérieure. C’est peut-être même pour cette raison que de nombreux pays du monde entier s’intéressent autant à la production de vins français qu’à ses différentes offres. Pour ce qui est de la tendance du pays, la consommation de rosé reste la plus majoritaire. Quoi qu’il en soit, la France possède également des vins blancs qui sont très appréciés par les grands connaisseurs.

Mais si on élargit notre analyse de marché au niveau international, il se trouve que la France dispute le marché de vin mondial avec de grands pays puissants comme la Chine et les États-Unis. Ces deux autres pays se trouvent souvent en tête de position en tant que pays importateurs de vins.

L’Europe demeure, par contre, la plus grande zone de consommation bien que l’Italie figure aussi en tête de liste. En outre, le Portugal ainsi que certains pays africains comme le Côte d’Ivoire, le Nigéria ou encore la Namibie commencent à se démarquer en tant que pays où on compte le plus grand nombre de consommateurs de vins. Ainsi, ils sont les pays cibles des grands pays exportateurs de vins.


2. Les contraintes

Comme tous les investissements de grandes tailles, se lancer dans le domaine du vin représente quand même certaines contraintes à ne pas négliger. Toutefois, si vous anticipez les risques possibles, vous allez pouvoir mieux vous préparer et obtenir peut être un jour des gains sur du long terme.

Voici donc quelques contraintes sur le vin à considérer à l’avance :

En premier lieu, il faut savoir que le marché de vin constitue un marché cyclique où il y a des phases de baisse et des phases de hausse. Par ailleurs, les phases des cycles ne sont pas souvent les mêmes à chaque fois. Ce qui pose souvent problème. L’investisseur devra donc comprendre les tendances générales du marché et il devra savoir s’adapter face à l’offre et la demande. Donc, il peut perdre de l’argent s’il achète trop cher ses bouteilles. Ainsi, il devra être en mesure de peser l’offre et la demande. Moralité, si vous n’êtes pas expert, cela semble plus que compliqué.

En résumé, ce genre d’investissement requiert une certaine patience. C’est le meilleur moyen d’éviter la vente à perte. En vendant par exemple des vins trop récents, vous pourrez courir le danger de perdre une partie de votre capital. De fait, il faudrait attendre la période de la raréfaction, c’est-à-dire les moments où l’offre est en diminution pour pouvoir garantir de grands bénéfices. Ce qui fait que le marché de vins n’est pas profitable pour les investisseurs pressés. Oui, mais quand arrivera cette période?

Les contraintes du vin? C’est accepter d’investir sur du long ou très long terme. Surtout, par exemple : vous devez vérifier la traçabilité de vos bouteilles et donc leurs qualités!

 

En outre, il existe une autre contrainte à considérer dont le problème de liquidité. Les vins présentent en effet des marques beaucoup plus visibles et plus connues que d’autres. Par ailleurs, il existe d’autres cas où certaines marques sont moins appréciées en France alors qu’ils ont de meilleures images à l’étranger.  Par conséquent, il faudrait savoir trouver des acheteurs potentiels selon les offres. Et puis, il ne faut pas oublier qu’il existe des vins trop vieux ou ceux qui ont perdu leur image avec le temps. L’anticipation de ces contraintes vous aidera donc à éviter l’absence de liquidité.

Et dernièrement, il est aussi important de savoir que la situation économique et politique d’un pays peut entraîner des conséquences sur la demande à l’échelle internationale. À titre d’exemple, la crise des Subprimes en 2008 a eu un grand impact sur le cours de vins. De même, certaines décisions politiques pourraient vraiment influencer la demande de certains pays. Enfin, il est également à noter qu’il existe d’autres contraintes possibles dont il faut tenir compte. On peut citer entre autres les contraintes liées aux transports des produits, dont la casse ou encore le vol. Assurer ses bouteilles est fondamentale.


3. Le taux de rendement dans le passé

Si on se réfère aux différents chiffres relevés dans le passé, on peut en déduire que le taux de rendement en investissement dans le vin est plutôt positif et assez stable. Et cela en dépit de certaines contraintes et problèmes passagers que les prestataires ont dû affronter. D’ailleurs, ce taux de rendement positif incite de nouveaux investisseurs à entrer dans le domaine. En l’occurrence, les plus grands vins affichent une rentabilité très élevée proche des 15% annuelle une vingtaine d’années. Et ce qui est encore encourageant, c’est que ces niveaux de rendement restent assez constants depuis la fin des années 40. Si certains vins sont plutôt spéculatifs, d’autres disposent de valeurs qui sont plutôt régulières. Ainsi, une diversification de sa cave permet de compenser les variations des chiffres d’affaires.

Certains grands vins ont dépassé les 10% annuels en moyenne sur 20 ans. Là encore, tout est une question de sélection et de patience!

 

Sinon, pour avoir une idée explicite sur l’évolution flagrante du taux de rendement dans le passé du vin, prenons à titre d’exemple le cas d’une bouteille de Lafite Rothschild. En 1982, ce vin a été vendu aux enchères au prix de 490 dollars. Puis, six ans plus tard, cette même bouteille de vin a été vendue à 2 586 dollars, soit un rendement annuel de 70 % pour son vendeur. Ainsi, vous pouvez constater que le taux de rendement de vin ne cesse d’augmenter avec le temps. Il s’agit d’un investissement très intéressant quoique son exercice requière avant tout savoir analyser  le marché et de disposer des bons experts.


4. La réglementation et la fiscalité

L’investissement dans le vin exige le respect des lois et respecter réglementation sous différents devoirs fiscaux qui légalisent la pratique de l’activité. Ainsi, il est important de souligner que les impôts à payer dépendent en premier lieu de la localisation géographique de l’investisseur, du montant des revenus qu’il a obtenu et de la valeur totale de son investissement. Par ailleurs, un résident fiscal français et un expatrié ne paieront pas les mêmes types d’impôts. Sur l’investissement dans le vin, on doit donc regarder les possibilités d’exonération sur la valeur des plus-values imposées.

Sur le plan fiscal : investir dans le vin, c’est une exonération totale de fiscalité si le produit de la vente annuelle ne dépasse pas 5000 euros!

 

Si le produit de votre vente se situe sous les 5000 €, vous allez pouvoir obtenir une exonération totale d’imposition. Mais si votre chiffre d’affaires dépasse ce montant, la plus-value effectuée sera imposée à un taux forfaitaire de 36,2% soit un prélèvement obligatoire de 19% et des prélèvements sociaux de 17,2%. Toutefois, il est possible de faire un abattement de 10% par an à partir de la 3e année de détention.

Pour ceux qui optent par contre pour un fonds d’investissement, il n’y aura pas de plus-values imposées. Pour se faire, il faudrait juste réinvestir les gains dans le fonds et les conserver pendant une période de 5 ans. Et en cas de cession de part avant la fin de la période d’engagement, il sera possible de conserver l’exonération.

Et finalement, ceux qui choisissent de faire un placement en GFV groupement foncier agricole viticole auront droit à l’obtention de loyers. Il s’agit cette fois-ci des revenus qui seront imposés au titre du foncier (Micro foncier au départ, puis taux marginal d’imposition). Au cas où vous allez effectuer une cessation de part, une application du régime d’impositions des plus-values immobilières aura donc lieu. Pour la transmission, il est plus censé d’avoir un titre de propriété sur plusieurs noms, ce sera plus simple pour transmettre vos bouteilles.

Ainsi, vous pouvez constater que la fiscalité du vin est remarquablement plus avantageuse par rapport aux autres placements exclusivement financiers (PFU à 30% sur les plus-values par exemple sur de nombreux placements financiers).


5. Les pièges à éviter

Bien que l’investissement dans le vin paraisse plutôt lucratif et économiquement rentable, il existe toutefois certains pièges d’investissement qu’il ne faut pas négliger.

Voici  3 grands points importants qui vont vous éviter de perdre de l’argent avec le vin :

  • Ne pas investir tout son patrimoine

Même si le marché de vins est une des meilleures opportunités pour utiliser son argent, il faut quand même être assez prudent. Sachez donc que les apports financiers pour la diversification ne devraient pas dépasser 10% de votre patrimoine. Comme nous l’avons déjà précisé, l’investissement en vin doit être accompagné d’une grande preuve de patience. Généralement, la liquidation totale de la cave ne se réalise que sur une période longue (10 ans semble raisonnable). Ainsi, une bonne gestion de ce patrimoine s’avère très importante. Il existe de fait des investisseurs qui commettent l’erreur de miser tout leur argent en s’orientant vers le vin ainsi ils se retrouvent en perte avant même d’avoir tout revendu.

  • Choisir les solutions de facilité pour constituer sa cave

La plupart du temps, nombreux sont ceux qui préfèrent opter pour les petits crus qui se trouvent dans les supermarchés pour remplir leur cave. De cette manière, ils pensent pouvoir économiser du temps et de l’argent. Toutefois, ces pratiques sont des modes d’investissements qui ne sont pas du tout profitables. En fait, les plus grands bénéfices se gagnent souvent en privilégiant les très bonnes bouteilles. Cependant, il n’est pas question non plus d’investir dans les vins les plus chers et risqués. Dans les bordeaux, par exemple, il y a des vins avec du potentiel qui varient dans une échelle de prix de 60 € à 200 €. Ces choix sont plutôt intéressants pour un investisseur qui démarre dans l’investissement du vin. En optant pour ce type de vins, vous allez pouvoir revendre facilement vos produits.

Le pari du petit cru dans un supermarché qui se bonifiera financièrement dans le temps n’est souvent pas le bon. La qualité se paye et cela suppose d’être sur des grands crus avec des prix de départ de plusieurs centaines d’euros ou mieux en milliers d’euros. Cela suppose à minima de s’entourer d’un bon caviste ou SURTOUT d’un expert sur le vin.

 

  • Les prestataires qui proposent des bouteilles trop anciennes

Il est bien vrai que les bouteilles anciennes sont rares sur le marché. Ainsi, elles auront plus de valeurs que d’autres. Cependant, il faut quand même se méfier de celles qui sont trop anciennes. Parfois, les personnes qui les exposent savent très bien que vous auriez du mal à les revendre et pourtant elles les proposent quand même à des prix compétitifs. Ainsi, ne vous fiez pas trop à l’authenticité du produit. Sachez que les ventes seront beaucoup plus prometteuses avec des produits qui ont une antériorité par exemple au-delà de 15 ans.

Attention aux grands crus vendus sur internet comme ebay, le boncoin, si le prix peut être compétitif vous ignorez où le vin a été stocké, sa provenance et dans quel état vous le recevrez et pire, pour le stocker où au final?

 

Après tout ce qui vient d’être cité, l’investissement dans le vin demande une bonne connaissance du marché, une méfiance face à certaines offres trop jeunes ou trop anciennes et surtout une grande preuve de patience.


6. Le montant et le rendement futur possible

Malgré la concurrence mondiale et l’effort d’autres pays comme l’Italie ou la Chine pour devancer la France en production de vin, son avenir en exportation demeure toutefois très brillant. On ne peut nier que les vins français font partie des vins qui sont les plus exportés mondialement, d’où le montant et le rendement dans le futur ne peuvent qu’augmenter. D’ailleurs, les consommateurs français choisissent de plus en plus les crus du pays, ce qui fait que le marché du vin est aussi profitable au niveau national qu’international.

Il semble complexe d’envisager quelques centaines d’euros sur du vin pour espérer avoir des bouteilles uniques.

Ensuite, cela n’est que de la diversification : il est inconcevable d’aller au-delà de 10% de son patrimoine sur le vin. Pour des gains à deux chiffres, il faudra probablement du temps (10 ans par exemple).

Attention : rien n’est certain avec le vin au pire vous aurez vos bouteilles (sans doute mieux que de gros avoirs virtuels bancaires…) que vous pourrez les boire avec modération si elles ont été bien stockées!

 

En 2015, par exemple, le marché du vin en France a été estimé de 300 milliards de dollars. Et selon les études publiées par Mordor Intelligence, ce chiffre pourrait atteindre les 370 milliards en 2021. 

Tenant compte de ce fait, les concurrents surgissent de partout.

Par conséquent, le prix du vin ne risquera pas de descendre d’ici quelques années. Bien au contraire, les vins feront partis des produits de consommation qui pourront rehausser leurs valeurs. Ainsi investir dans ce domaine s’avère de plus en plus intéressant. La consommation individuelle en France étant estimée à 44 litres par habitant, le marché dans le futur pourra donc être ouvert à de nouveaux investisseurs qui aimeront participer à la satisfaction de l’offre par rapport à la demande.


7. Les produits sur lesquels il faudrait investir

Si vous souhaitez investir dans le vin et acheter de belles bouteilles, voici quelques conseils qui vont vous permettre d’avoir une idée de ce qu’il faudrait choisir pour bien gérer votre cave et bien stocker vos crus.

Pour un commencement, optez pour des vins qui auront du potentiel sur le long terme. Qui dit spéculatif dit aussi que vous accepterez de ne rien gagner et même de voir le prix de votre bouteille baisser.

Ces grands crus avec du potentiel sont peu nombreux. À Bordeaux, par exemple, il s’agit particulièrement des premiers crus qui sont classés du Médoc comme les vins  Petrus, Cheval blanc, Pavie, Ausone ou encore Angélus.  Par ailleurs, il existe ceux qui sont les plus recherchés comme le Pontet Canet, Lynch Bages, Ducru Beaucaillou ou aussi Cos d’Estournel. 

Et pour rajouter quelques vins plus prestigieux : vous pourrez regarder parmi les offres de Bourgogne comme les domaines de la Romanée-Conti, Roumier ou encore Coche-Dury. En tout cas, les choix sont assez larges, mais il vous restera à fixer votre budget d’investissement.

Sinon,  essayez d’avoir plus d’informations sur les grandes sources d’approvisionnements. Ce que nous pouvons déjà vous dire c’est que les vins de Bordeaux dont les millésimes sont directement achetables  auprès des négociateurs. Toutefois, il existe bien évidemment des revendeurs en ligne qui offrent des vins intéressants à des prix raisonnables. Sachez toutefois bien comparer au niveau des montants. Ainsi, vous pourrez revendre vos produits à des prix concurrentiels. Sinon, il faudrait également tenir compte que les vins du genre châteaux bordelais ont connu de grandes hausses de prix ces dernières années. Ainsi, les perspectives de bénéfices pour ces types de vins seront très faibles. Privilégiez probablement plutôt les millésimes anciens comme ceux qui ont daté de 2005, 2000 ou encore des années 90. Vous trouverez dans des encyclopédies sur le vin les années d’exception pour le vin

Vous éviterez le bas et moyen de gamme pour aller vers le haut de gamme mais, cela aura un prix et attention au stockage et la provenance de ces bouteilles!

 

Pour ce qui est de la conservation de vos vins, prenez-en soin comme s’ils étaient des œufs. En effet, les bouteilles devront se vendre dans des états irréprochables. En outre, ayez l’habitude de vérifier leurs états de conservation, leurs précédents propriétaires surtout pour les millésimes anciens. Le vin doit atteindre généralement le goulot. Et lorsque vous allez les conserver, mettez-les dans une cave bien fraiche à température constante (autour de 12 degrés) et suffisamment humide.

Maintenant que vous avez bien conservé vos vins dans la cave ou dans une cave professionnelle (surtout), sachez que vos flacons vont se valoriser avec le temps. C’est seulement lorsqu’ils obtiennent des plus-values suffisantes que vous devrez les revendre. Le meilleur moyen serait de participer aux enchères. Normalement, le coût de l’enchère devraient coûter entre 15 et 20%  de frais. Et comme nous l’avons déjà expliqué un peu plus haut, le bénéfice sera soumis à l’impôt selon les détails apportés dans la rubrique réglementation et fiscalité.


8. Les sociétés spécialisées dans le secteur

Il existe en France de nombreuses entreprises spécialisées qui proposent des vins de bonne qualité à une clientèle de professionnelle.

Ces vins sont souvent des crus qui ont été sélectionnés directement chez les vignerons producteurs.

Par ailleurs, ces sociétés spécialisées pourraient donner quelques conseils sur le choix des tendances du moment, les vins profitables, mais également les perspectives de revente. Dans certains cas, il est même possible de faire des dégustations professionnelles (avec modération) qui pourront aider à faire un bon choix de produits.

Et puis, quelques-unes de ces sociétés promettent la possibilité de reprendre le stock invendu à chaque fin de saison.

Il est complexe de citer des entreprises tellement le marché est complexe, c’est un réseau d’initiés, rare, auquel nous pourrions échanger si vous nous contactez.

Evitez les sites en ligne car les produits d’exception sont généralement dans des réseaux fermés!

 

Pour mieux choisir les sociétés avec qui vous allez collaborer, procédez à des recherches sur internet, vous allez y trouver de longues listes d’entreprises potentielles. Maintenant, l’idéal est d’avoir accès à un réseau fermé d’investisseurs expérimentés : disposer de votre propre expert sur le domaine.


gestion de patrimoine

9. Conclusion sur investir dans le vin

En résumé, l’investissement dans le vin est un marché qui a un grand avenir en France. Le potentiel existe à la fois sur le plan national et international. N’oubliez pas que derrière les investisseurs, vous avez des consommateurs. Ils pourront être fortunés et seront prêts à débourser des sommes très importantes pour avoir une bouteille unique!

Derrière les grands crus, vous avez des investisseurs mais surtout des consommateurs de part le monde fortunés qui chercheront la bouteille unique et feront monter les prix en flèche!

 

Notons également qu’il s’agit d’un marché qui joue un rôle très important dans l’économie d’un pays. Toutes les parties impliquées ont donc intérêt à rendre ce marché fructueux.

Il ne vous restera donc plus qu’à vous lancer dans le domaine en étant bien prudents. Si vous souhaitiez investir dans le vin, soyez conscients des contraintes possibles et essayez d’adopter les meilleures stratégies. Évitez tous les éventuels pièges susceptibles de faire échouer votre investissement et optez pour la réglementation fiscale qui s’avère la plus profitable pour votre projet.

Enfin, le choix des crus devrait être effectué avec la plus grande attention : qualité, stockage, traçabilité…

En résumé pour sélectionner et investir dans le vin, 5 critères :

1 – La rareté

La question de la rareté et de la réputation du produit sont essentielles en matière de sélection de produit. A titre d’exemple, Château Margaux produit 130 000 bouteilles en moyenne, Petrus 50 000 bouteilles et Romanée Conté 6000 bouteilles. On peut imaginer que la pression sur les prix des Romanée Conti est plus forte que la pression sur les prix des Margaux. La sélection du produit est donc absolument essentielle.

2 –  Le millésime :
Il faut sélectionner les millésimes avec une grande attention, car le profil gustatif d’un vin change d’une année sur l’autre. Certains millésimes vieillissent mieux que d’autres. Un champagne Salon 2002 peut veillir jusqu’en 2060 (et sans doute bien au-delà), un millésime « plus difficile » aura une expérience de vie beaucoup plus courte. Un vin d’investissement doit pouvoir se conserver sur plusieurs décennies pour être éligible.

 3 – La provenance du produit
Il arrive que les plus grands vins fassent plusieurs fois le tour du monde avant d’arriver sur la table d’un consommateur. Dans ce cas, le consommateur disposera d’un vin potentiellement amoindri par des conditions de stockage et de transport peu adaptées. Pour éviter ce type de désagréments, il faut acheter ses vins auprès de marchands capables de garantir  la provenance des produits. Idéalement, il faut privilégier les vins stockés dans des entrepôts sous douane et n’ayant effectué qu’un seul voyage entre le producteur et l’entrepôt.

4 – La question des faux
La contrefaçon touche l’ensemble des produits de luxe y compris le vin. Pour éviter les risques de faux, il est important de ne se fournir qu’auprès de professionnels et non sur des sites type «  le Bon Coin » Le professionnel doit s’assurer de l’authenticité des stocks et n’a strictement aucun intérêt à acheter et donc à vendre des faux.

5 –  Le stockage sous douane.

Le dernier point essentiel est le stockage sous douane dans des conditions optimales de température et d’humidité. Les changements de température et d’hygrométrie, la lumière et les vibrations peuvent être fatales pour le vin. Il est donc important de disposer d’une solution de stockage pouvant garantir des conditions de stockage idéales.

Vous êtes allé jusqu’à la fin de l’article, merci! Pour vous remercier, voici quelques exemples vins de Bordeaux  :

Attention : à consommer avec modération, ils sont donnés uniquement à titre informatif et d’exemples.

Roc de Cambes 2010 

Selon les experts du vin, ne vous fiez pas aux apparences, ce cote de Bourg est un très grand vin de Bordeaux à partir de 90 €.

Château Gazin 2010

Selon toujours ces experts  : voici un autre grand Bordeaux à partir de 120 €.

Château Calon Segur 2010 :

Les experts du vin le considèrent comme une valeur sûre à Bordeaux, à partir de 120 €.

Jean-Michel Gerin, Champin Le Seigneur 2015, Côte-Rôtie.

Les experts du vin le considèrent comme un vin très accessible à partir de 50 €.

 

Pour vos choix en matière de vin : faites-les de préférence en collaboration avec des sociétés spécialisées dans le domaine.

Mieux, soyez accompagnés par des professionnels dans ce domaine dans le cadre de club d’investisseurs.

Vous l’aurez compris, le réseau est capital! Contactez-nous si vous avez questions ici.

 

Soyez également vigilant au niveau des prix. Ainsi, vous aurez la possibilité de revendre vos vins avec les gains maximum. Et puis, bien conserver vos bouteilles afin qu’elles puissent donner le meilleur de leurs goûts. D’ici quelques années, elles seront vos plus grands trésors !

Si cet article vous a intéressé, n’hésitez pas à me contacter si vous avez des quesitons ou en laissant un commentaire en bas de l’article.

Si vous vous découvrir des  actifs tangibles, d’autres articles intéressants sur mon blog peuvent vous ouvrir de nouvelles pistes.

Je vous propose maintenant un diagnostic patrimonial gratuit avec mon outil patrimoine sur mesure (voir ci-dessous).

Disclaimer : Nous vous recommandons fortement de consulter nos mentions légales en cliquant ici

Souhaitez-vous échanger avec notre expert en gestion de patrimoine?

Avatar
A Propos De Cyril Jarnias

Cyril Jarnias est expert en gestion de patrimoine. Son objectif est de vous aider à mieux comprendre et gérer votre patrimoine. Gestion de patrimoine . (Placement, Assurance-vie, immobilier...). Vous pouvez reprendre ses articles pour vos sites : pour cela,vous devez juste reprendre ces quelques lignes en insérant le lien vers mon site : https://www.cyriljarnias.fr

Vous voulez me contacter ?
Réagir à cet article ?!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 
Vous voulez des conseils personnalisés GRATUITS ? Testez notre outil de pré-bilan !
Vous voulez des conseils GRATUITS ?
Conseils GRATUITS ?
Cyril Jarnias: votre spécialiste en gestion de patrimoine

Vous voulez bénéficier de mon expertise? Je vous propose « Mon service Gratuit et Sur Mesure ». Cet outil de pré-bilan vous offre des solutions personnalisées en fonction de votre situation.

Pour découvrir cet outil, c'est par ici:

C'est gratuit et sans engagement !
Cyril Jarnias