+33 9 77 19 82 80   contact@cyriljarnias.fr

Où investir son argent quand la bourse et l’économie plongent?

par | 16 Oct 2014 | Mes analyses d'expert

Cyril Jarnias Expert en Gestion de Patrimoine indépendant

Où investir son argent quand la bourse et l’économie plongent?

La baisse actuelle des marchés financiers (plus de 8% en moyenne sur un mois) ne peut que nous rappeler que l’équilibre de nos économies est fragile.

On nous ressort le spectre de la récession, de la déflation, d’un chômage en recrudescence ou encore d’Etats au bord de la faillite avec des banques sauvées  au dernier moment lors de la dernière crise…

Il n’en faudrait pas plus, dans un monde presque trop informé, pour que les mouvements de foule et de paniques se réalisent à un moment ou à un autre.

On peut donc se mettre un instant à la place d’un épargnant inquiet sur l’avenir de son patrimoine. Il se demande où il doit mettre son argent pour se protéger.

Est-il d’ailleurs encore dans une logique où il souhaite placement son argent?

Je vous propose d’y voir plus clair.

 

Petit tour des placements durant la crise : entre risque et envie d’aller encore investir

 

Si nous commencions par les actions et la bourse :

J’ai évoqué ce sujet dans un précédent article sur le blog gestion de patrimoine.

Mettons-nous un instant à la place d’un investisseur qui a perdu de l’argent en 2000 durant l’éclatement de la bulle des valeurs technologiques. Ensuite, il est allé tenter à nouveau sa chance, il a nous perdu durant la chute des banques américaines dès 2007… Cela ne serait à rien de trouver cela stupide, c’est malheureusement la dure réalité de beaucoup d’épargnants en France.

On pourrait penser qu’il peut être marqué au fer blanc avec l’investissement en bourse et les actions.

Pourtant, des investisseurs gagnent en bourse : prenons des titres comme Apple ou Iliad (free) en France : peut-on dire que les investisseurs ont perdu de l’argent sur la durée?

C’est peut être cela le problème : ce sont-ils donnés du temps et ont-ils diversifié leurs actions? Ensuite, ont-ils cherché des corrections de marché pour investir?

Entre discipline et diversification, on ne peut pas dire que les actions, même durant les crises, ont été toujours de mauvais investissements.

A méditer donc…

 

Prenons le cas de l’assurance-vie :

“Tout le monde va faire faillites Monsieur JARNIAS, je dois me débarrasser de mon assurance vie, je vais perdre mon argent! » : un grand classique quand tout ne va pas bien.

Que voulez-vous que je réponde?

Cet épargnant aurait raison :

il doit perdre l’antériorité fiscale de son contrat d’assurance vie,

prendre la fiscalité « plein pot » si le contrat est récent et en plus-value,

oublier le complément de retraite que pourrait lui donner son contrat,

oublier le montage qui lui permettait de baisser ses droits de succession ou encore donner efficacement à ses proches…

Selon moi, si on pense scénario catastrophe : tout pourrait tomber.

Donc, l’épargnant ne retrouverait plus son argent. Mais, alors, à part acheter de l’or ou s’enfuir dans une village perdu avec une maison autonome (faut-il encore la bâtir), j’ai peur qu’il n’existe pas de solution.

 

L’immobilier locatif : avoir de la pierre pour le plaisir d’en avoir

Notre investisseur a-t-il fait preuve de bon sens en investissant? Son objectif était-il juste : la rentabilité ou la réduction sur impôt immédiate?

A-t-il regardé l’emplacement du bien?

Le prix est-il dans le marché?

Quel est le bassin d’emploi pour espérer trouver des locataires solvables?

A-t-il évalué les travaux éventuels de rénovation de ce bien?

Pourra-t-il facilement revendre son bien, surtout durant la crise?

Plus simplement, s’est-il déplacé pour voir véritablement ce qu’il achetait?

Imaginons que la crise s’intensifie : notre investisseur pourra-t-il toujours louer son bien avec des ménages qui perdent rapidement leurs emplois?

Vous voyez, dans un scénario de crise systémique, l’immobilier ne vous protègera pas à l’exception de votre résidence principale (encore faut-il que vous n’ayez plus de crédit dessus).

 

L’investissement dans les groupements forestiers et viticoles :

Depuis quelques années, c’est le placement à la mode pour diversifier son patrimoine.

J’avais évoqué ce sujet dans cet article.

Une fois que vous avez enlever les avantages fiscaux et le charme de contribuer à l’agriculture française (boutade), vous devez vous demander à quoi va servir cet investissement en pleine crise.

J’imagine l’épargnant aller s’installer dans un forêt et se transformer en trappeur.

Autre possibilité, je le vois dans un cave devenir un alcoolique à siroter tous les jours ces grands crus. Dans ce cas là, on ne pourra pas dire qu’il ne profite pas de son argent. De là à dire que c’est bien d’investir sur ce placement…

Là, encore, on va dire que c’est un placement de diversification. Mais, soyons sérieux un instant, c’est un leurre, ce n’est pas cet investissement qui lui permettra de passer facilement la crise.

Si le seul objectif était de réduire ses impôts, ce placement n’a aucun sens (je sais, on peut s’interroger sur l’intérêt de donner du sens quand on voit comment on attire le pigeon investisseur en quête de gains rapides…).

 

Investir dans dans un placement or :

Si vous regardez les cours de l’or, vous rendez compte que les cours sont bas.

Je trouve cela d’ailleurs très amusant car si vous cherchez sur google : vous verrez que les banques centrales achètent de l’or et font des réserves.

Mais, dans quel but?

Souvenez-vous que jadis, le dollar était gagé sur l’or : cela permettait d’éviter un endettement trop massif des Etats. On empruntait à hauteur de son stock d’or.

Puis on a supprimé l’étalon or. Ensuite, nous sommes rentrés dans une économie de l’endettement. Malheureusement, on voit aujourd’hui ses limites (qui payera l’addition?).

Qu’en est-il aujourd’hui à une époque où les banques centrales achètent une multitude d’actifs toxiques (ils proviennent de la crise) et soutiennent l’économie à bras le corps pour maintenant des taux bas?

Si vous avez du bon sens amis lecteurs, vous voyez bien que derrière l’or se cache la course à la sécurité.

Je vous invite à lire mon article sur le placement or pour mieux comprendre et voir l’intérêt de l’or pour se  protéger contre la crise.

 

Où investir et mettre alors son argent durant la crise?

Je crois que la repose est simple. A mon avis, ce serait sous votre matelas.

Non, plus sérieusement, nous allons raisonner avec la gestion de patrimoine :

vous devez diversifier vos placements et faire preuve de bon sens.

A mon sens, si la crise s’accélérait :

la première priorité est d’être propriétaire de sa résidence principale.

Ensuite, il est préférable de solder son crédit sur sa résidence principale pour ne pas être tributaire d’une banque.

Enfin, être le plus liquide possible avec son argent et adopter une discipline budgétaire pour être autonome sur le plan énergétique et alimentaire.

Apprendre à savoir cultiver son jardin comme disait Voltaire!

Vous lisez mes articles : Merci! Vous pouvez les partager sur les réseaux en un clic!

Vous semblez curieux? Je vous invite à découvrir “Mon service Gratuit et Sur Mesure” :

CLIQUEZ ICI

Mes services

Bilan patrimonial unique et confidentiel

Immobilier international

Expatriation et retraite à l’étranger

Qui suis-je

Je suis Cyril Jarnias, expert en gestion de patrimoine indépendant depuis plus de 20 ans. J’aide particuliers et chefs d’entreprise à « Construire, protéger et transmettre votre patrimoine en toute sérénité ». J’interviens dans de nombreux médias sur le patrimoine : BFM Business, La Tribune, Les Echos, Investir notamment.

3 étapes. 1 idée forte. Votre patrimoine.

Depuis plus de 20 ans, j'accompagne mes clients dans la gestion de leur patrimoine.

Mon approche est simple : vous permettre de Construire, Protéger et Transmettre votre patrimoine en toute sérénité.

Contactez-moi

Vous désirez faire croître votre patrimoine?

N'hésitez pas à me contacter afin de déterminer comment je peux vous aider à construire, protéger et transmettre votre patrimoine en toute sérénité.

+33 9 77 19 82 80

Je dispose de + de 100 000 euros d'épargne.*
Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Pin It on Pinterest

Share This