+33 9 77 19 82 80   contact@cyriljarnias.fr

Gestion de patrimoine et économie : l’impératif de compétitivité en France

par | 09 Nov 2012 | Europe

Ce matin, j’ai voulu parler d’économie sur le blog gestion de patrimoine, d’un enjeu majeur pour retrouver du rendement dans vos placements : l’impératif de compétitivité en France.

 

En fait, le rapport Gallois demandé par le gouvernement socialiste a mis le doigt sur un point majeur de croissance en France : la compétitivité de son économie et surtout de ses entreprises.

C’est un peu quand je parle du rôle des actions, un placement utile en gestion de patrimoine mais aussi pour financer la croissance économique : j’ai l’impression qu’on a perdu notre bon sens en 2012. Si aucun épargnant ne souhaite investir sur les actions, nous ne sommes plus en mesure de trouver des capacités de financement pour nos entreprises françaises.

On serait donc très loin d’une gestion de patrimoine efficace.

Pire, nous oublions que sans risque, on ne pourra pas créer de richesses pour les générations futures. D’ailleurs, on met le doigt sur un sujet sensible : le combat entre la rente et l’investissement productif.

D’ailleurs, on voit à quel point l’assurance vie pèse en France car elle est composée de dette d’Etat français qui donne des intérêts tous les ans. Malheureusement, cette rente ne va pas forcément être réinvestie dans l’économie et les entreprises, sans compter qu’elle baisse… Bon, vous avez aussi la possibilité d’acheter de l’or ou des napoléons or cliquez ici. Cette fois, si une faillite se produisait, il vous restera surement quelque chose.

L’intérêt du rapport gallois sur la compétitivité?

Dans une étude fort intéressante d’Exane, celle-ci reprend quelques idées du rapport et leurs impacts possibles.

Selon cette analyse : “Une baisse des charges patronales de EUR20Md confirmée par le gouvernement Le gouvernement Ayrault était attendu depuis plusieurs mois sur la question d’un ‘choc de compétitivité’ capable de s’attaquer à la baisse des parts de marché à l’exportation des entreprises françaises et à la restauration de leurs marges – au plus bas depuis 25 ans.

Alors qu’un réel choc de compétitivité serait nécessaire pour récupérer les pertes de compétitivité-coût cumulées depuis 2001, le gouvernement vient d’annoncer un dispositif peu ambitieux : EUR20Md par an à partir de 2015, avec EUR10Md dès l’année prochaine et EUR15Md en 2014.

L’impact positif ne serait effectif qu’en 2014 La nouveauté de ce dispositif vient du fait que la baisse des charges patronales sera indexée sur la masse salariale brute et passera par un crédit d’impôt et non pas par une réduction automatique des charges sociales. En effet, les entreprises bénéficieront d’un crédit d’impôt accumulé tout au long de l’année qui sera déduit de leur impôt sur les sociétés au titre de l’exercice 2013.

Ainsi, le gouvernement pourra retarder l’effort fiscal à 2014 alors que la consolidation fiscale est déjà très importante en 2013 (soit plus de EUR37Md d’ajustement). Le manque à gagner de l’Etat sera comblé par un relèvement du taux de TVA dès janvier 2014 (+0,4pt à 20 % pour le taux général et +3pts à 10% pour le taux réduit), une réduction des dépenses publiques en 2014-15 ainsi qu’une nouvelle taxe environnementale.

Afin de compenser l’impact de la hausse du taux de TVA général, le taux sur les produits de première nécessité a été réduit de 0,5pt à 5% – voir ci-dessous les entreprises qui pourraient être touchées. Mais l’impact sur le secteur industriel devrait rester limité Il y aura une limite salariale pour ce dispositif – il ciblera la masse salariale brute calculée sur les salaires moyens jusqu’à 2,5 fois le salaire minimum, soit EUR3 562 brut par mois.”

Que conclure?

Le changement, c’est maintenant? Mieux, le changement, c’est tout doucement…

Pour reprendre un article du parisien.fr cliquez ici, quand on se penche sur ce que retient le gouvernement Ayrault, cela me semble minimaliste pour la compétitivité des entreprises.

C’est à l’image du coût du travail qui pèse sur la compétitivité française : “Ce que le rapport Gallois préconise. Baisser de 30 milliards le coût du travail en un ou deux ans, avec l’allègement des cotisations patronales de 20 milliards d’euros et des cotisations salariales à hauteur de 10 milliards d’euros.
Ce que le gouvernement annonce.L’allègement de 20 milliards d’euros du coût du travail sur trois ans, sous la forme d’un crédit d’impôt calculé en proportion de la masse salariale brute de l’entreprise, hors salairessupérieurs à 2,5 fois le SMIC.”

Moralité, je crois que pour la rentabilité de vos placements et faire de la gestion de patrimoine avec du rendement en France, vous allez devoir encore patienter…

Internaute, épargnant curieux mais zappeur, ne prenez pas la fuite dès la première page!

Curieux, audacieux, en quête de conseils gratuits en gestion de patrimoine?

En  vous abonnant à la newsletter, je vous offre un ebook pour  vous aider à mieux comprendre vos placements et gérer votre patrimoine durant la crise!

Cyril JARNIAS

Mes services

Bilan patrimonial unique et confidentiel

Immobilier international

Expatriation et retraite à l’étranger

Qui suis-je

Je suis Cyril Jarnias, expert en gestion de patrimoine indépendant depuis plus de 20 ans. J’aide particuliers et chefs d’entreprise à « Construire, protéger et transmettre votre patrimoine en toute sérénité ». J’interviens dans de nombreux médias sur le patrimoine : BFM Business, La Tribune, Les Echos, Investir notamment.

Dans la Presse

S'abonner à ma newsletter

Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Articles récents

3 étapes. 1 idée forte. Votre patrimoine.

Depuis plus de 20 ans, j'accompagne mes clients dans la gestion de leur patrimoine.

Mon approche est simple : vous permettre de Construire, Protéger et Transmettre votre patrimoine en toute sérénité.

Contactez-moi

Vous désirez faire croître votre patrimoine?

N'hésitez pas à me contacter afin de déterminer comment je peux vous aider à construire, protéger et transmettre votre patrimoine en toute sérénité.

+33 9 77 19 82 80

Je dispose de + de 100 000 euros d'épargne.*
Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Pin It on Pinterest

Share This