Le Beckham placement

par | 03 Fév 2013 | Résumé de la semaine

Cyril Jarnias Expert en Gestion de Patrimoine indépendant

 

Cette semaine, l’actualité financière pourrait être à l’image du CAC40 plate sans grande évolution. Pourtant, en matière de placement, le PSG semble avoir fait la bonne affaire de la semaine en recrutant pour 5 mois le joueur de football David Beckham.

Pendant que les français ne semblent pas être adorer la taxe de 75% de François sur les hauts salaires, la presse s’est focalisée sur le coup de “pub” du club de football parisien le PSG.

Pour revenir sur ces fameux 75% de taxe, on apprend samedi dans le point.fr que “Le soutien des Français au projet de taxe à 75 % sur les revenus supérieurs au million d’euros s’érode, selon un sondage à paraître dans l’hebdomadaire Dimanche Ouest-France, un mois après la censure du texte par le Conseil constitutionnel. D’après ce sondage de l’Ifop, seules 53 % des personnes interrogées souhaitent “que le gouvernement propose un projet de taxe assez similaire tout en tenant compte des remarques du Conseil constitutionnel, car, en période de crise, il est juste que les personnes les plus riches contribuent fortement par leurs impôts au redressement des comptes publics”.

Nous savons maintenant que ce projet est plus ou moins tombé à l’eau.

Revenons maintenant sur le PSG, on pourrait presque dire que sur David Beckham, ils sont des pros en gestion de patrimoine. Les investisseurs qataris ont probablement fait une très bonne affaire et savent où placer leurs pétrodollars

David Beckman : le placement “jackpot”

Certes,  le joueur anglais reconnu de 37 ans a indiqué avec grande classe qu’il reverserait son salaire intégralement à des associations. Néanmoins, toute cette affaire flirte avec la bonne affaire financière.

C’est en tout cas ce que l’on retient de l’analyse faite par l’expansion.fr  :

“Le Britannique a dû probablement céder une partie de son droit à l’image au PSG. Cette pratique, peu commune en France – seul Yohan Gourcuff a négocié un tel contrat en rejoignant Lyon – mais très répandue en Angleterre et en Espagne -deux des principaux pays de résidence footballistique de Beckham-, consiste à céder une partie (souvent 50%) de ses revenus publicitaires à son club en contrepartie d’un salaire plus élevé. La partie cédée au club ne concerne que les contrats signés après la signature de l’engagement sportif. En pratique, Beckham versera au PSG la moitié des émoluments sur ceux qu’il pourrait conclure dans les cinq mois à venir.

Avec Beckham, le club de la capitale est aussi assuré de multiplier ses revenus de merchandising. Partout où il passe, le Spice Boy fait vendre. Aux Etats-Unis, 250 000 maillots de son numéro fétiche – le 23 – avaient été vendues avant même son arrivée officielle. Depuis, les ventes se chiffrent en millions. En quatre ans au Real Madrid, un million de maillots floqués à son nom ont été vendus, augmentant les recettes de merchandising du club espagnol de 460 millions d’euros. Au PSG, David Beckham portera le numéro 32. Son maillot est déjà en vente dans la boutique du club sur les Champs-Elysées, au prix de 110 euros. Le Britannique touchera des royalties sur ces ventes, au moins 20%.”

On rêverait donc tous de faire un tel investissement “gagnant gagnant” en ce début d’année 2013. Le PSG n’en est pas à son premier coup : souvenez-vous d’un certain Zlatan. Je le voyais d’ailleurs expert en gestion de patrimoine dans cet article cliquez ici.

Après la bonne affaire du PSG, revenons un instant sur la semaine économique et boursière écoulée.

 

Que s’est-il passée sur les marchés financiers et dans notre économie mondialisée?

On apprend avec le revenu.com que “La semaine a été animée sur les places financières mondiales, en pleine période de publication des entreprises cotées. Wall Street s’est particulièrement bien comporté, conservant ses gains récents et s’affirmant même au plus haut depuis 2007, de retour sur ses niveaux antérieurs à la crise financière. L’indice phare parisien, le CAC 40, réalise quant à lui une performance pratiquement stable sur l’ensemble de la semaine, solide, sans pouvoir pour autant effacer pour l’heure les 3.800 points. Le CAC terminait ce vendredi sur un gain de 1,10% à 3.773 points. Il cédait 0,1% sur l’ensemble de la semaine.

Les statistiques de conjoncture ont donné quelques espoirs cette semaine, y compris en Europe, avec par exemple une bonne surprise concernant l’emploi allemand. Globalement, la tendance semblerait donc à l’accalmie, même si la situation de certains pays tels que l’Espagne demeure hautement préoccupante… Outre-Atlantique, les chiffres de conjoncture ont été contradictoires, mais les premiers éléments de l’année 2013, connus aujourd’hui, ont rassuré. Ainsi, l’ISM manufacturier américain a agréablement surpris, alors que les chiffres de l’emploi, sans atteindre le consensus, ont été honorables. Par contre, les opérateurs ont été surpris plus tôt cette semaine, par l’annonce de la contraction marginale du PIB des Etats-Unis pour le quatrième trimestre…”

Je suis toujours autant surpris pour les données économiques américaines : entre chaud et froid. Il semble que la croissance US progresse doucement de 1,8% en 2011, elle gravite autour de 2,2% en 2012. Ce n’est pas l’euphorie, il faudra du temps avant de retrouver 6,5% de taux chômage cible de la FED pour envisager de remonter ses taux…

Que conclure?

On se rend compte qu’investir dans un actif tangible, ici un joueur de football, peut rapidement avoir du sens. On est loin des placements virtuels : ici, c’est du concret!

Amis épargnants, cotisons-nous et achetons l’image d’un joueur de football!

Le joueur de football, le placement anti crise, incroyable!

Internaute, épargnant curieux mais zappeur, ne prenez pas la fuite dès la première page!

Curieux, audacieux, en quête de conseils gratuits?

En  vous abonnant à la newsletter, je vous offre un ebook pour  vous aider à mieux comprendre vos placements et gérer votre patrimoine durant la crise!

Cyril JARNIAS

nb : je tenais à vous informer que la newsletter n’est envoyée que le dimanche résumant les articles de la semaine pour ne pas vous inonder de mails.

 

 

Mes services

Bilan patrimonial unique et confidentiel

Immobilier international

Expatriation et retraite à l’étranger

Qui suis-je

Je suis Cyril Jarnias, expert en gestion de patrimoine indépendant depuis plus de 20 ans. J’aide particuliers et chefs d’entreprise à « Construire, protéger et transmettre votre patrimoine en toute sérénité ». J’interviens dans de nombreux médias sur le patrimoine : BFM Business, La Tribune, Les Echos, Investir notamment.

Dans la Presse

S'abonner à ma newsletter

Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Articles récents

3 étapes. 1 idée forte. Votre patrimoine.

Depuis plus de 20 ans, j'accompagne mes clients dans la gestion de leur patrimoine.

Mon approche est simple : vous permettre de Construire, Protéger et Transmettre votre patrimoine en toute sérénité.

Contactez-moi

Vous désirez faire croître votre patrimoine?

N'hésitez pas à me contacter afin de déterminer comment je peux vous aider à construire, protéger et transmettre votre patrimoine en toute sérénité.

+33 9 77 19 82 80

Je dispose de + de 100 000 euros d'épargne.*
Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Pin It on Pinterest

Share This