+33 9 77 19 82 80   contact@cyriljarnias.fr

Zoom blog gestion de patrimoine : Les marchés doivent lâcher du lest en Europe de l’Est

par | 13 Fév 2013 | Marchés financiers

Cyril Jarnias Expert en Gestion de Patrimoine indépendant

 

J’ai la chance sur le blog gestion de patrimoine d’être aidée par Andréa Molnar docteur en lettres et spécialisée sur la Hongrie et l’Europe de l’Est.

J’ai eu l’occasion de publier avec son aide plusieurs articles sur ce thème On apprend notamment comme les placements choisis par les pays de l’Europe de l’Est cliquez ici.

Ce fois-ci, nous allons nous pencher sur les perspectives économiques en Europe de l’Est pour 2013.

 

Année 2013 : perspectives économiques en Europe de l’Est et réformes politiques.

 

Au début de l’année 2013, parmi les premiers, c’est l’Institut de Recherche WIIW à Vienne (The Vienna Institute for International Economic Studies) qui s’est penché sur la situation des pays de l’Europe de l’Est et estime qu’ils peuvent sortir de la crise. Il prévoit la baisse de l’activité économique uniquement en Slovénie en raison de la crise du secteur bancaire. Les analystes autrichiens pensent que dans tous les autres pays de la région, le moteur de la croissance sera la consommation intérieure si les gouvernements atténuent leur politique économique très restrictive. Il souligne que la situation serait probablement identique en Allemagne.

Après la Slovénie, c’est la Croatie qui devrait faire face à une chute plus importante, 1.8%. En Serbie, la performance de l’économie subirait une chute de 1.5%, en Hongrie, 1.3%, en République Tchèque, 1.2%, au Monténégro, 1%, en Bosnie-Herzégovine, 0.7%, en Macédoine, 0.6%. L’Institut autrichien compte sur une croissance de 2.8% en Slovaquie, 2.3% en Pologne, 1% en Roumanie et 0.7% en Bulgarie. (Source : privatbankàr.hu 04/02/13)

A la fin du mois de janvier, indépendamment des analyses de l’Institut de Vienne, le quotidien économique hongrois, Napi Gazdasàg, a consacré un article à la Slovénie qui, il n’y a pas longtemps, était un pays florissant de la région. Le quotidien constate que le pays est au bord du gouffre en raison de la crise politique qui perdure dans le pays. Certes, la crise économique européenne a laissé ses empreintes sur son économie, mais la politique économique non adaptée a également produit son effet néfaste. Il semble que le gouvernement conservateur qui est au pouvoir depuis plus d’un an, n’arrive pas à corriger les erreurs du gouvernement précédent. La situation est aggravée par un combat politique intérieur grave qui rend hésitants les investisseurs. Parmi les pays de UE, la chute du PIB de la Slovénie est la plus importante après la Grèce et le Portugal, 3.3% pendant le troisième trimestre de l’année dernière. C’est la deuxième grande vague de récession que la Slovénie traverse. Les entreprises du pays sont parmi les plus endettées en Europe, le système bancaire aurait besoin d’une bouée de sauvetage dans les meilleurs délais. Selon l’avis de la plupart des analystes, le pays ne s’en sortira pas sans aide internationale, même si le chef d’Etat, Borut Pahor, l’a carrément refusé dans une interview accordée au Financial Times.

Les fonctionnaires sont les plus grands perdants des restrictions économiques. Ils expriment leur mécontentement, descendant dans les rues par centaines de milliers et font la grève généralisée. Le gouvernement de coalition doit consacrer son énergie au maintien de la coalition très fragile. Le parti le plus important a déjà annoncé sa sortie puisque le président du gouvernement, Janez Jansa, a oublié de déclarer plus de 200 000 euros. Jansa persiste et ne démissionne pas, même s’il est en minorité. Deux autres partis menacent également de quitter la coalition.

Selon Jansa, bien que la situation économique soit grave, les élections anticipées ne serviraient à rien parce qu’elles interrompraient la suite des réformes, ce qui équivaudrait à la faillite. En plus, elles ne garantiraient pas la formation d’un nouveau gouvernement stable. Dans ce contexte politique difficile, la réforme du système bancaire est sérieusement menacée, ce qui empêcherait l’adoption parlementaire de son plan de sauvetage à hauteur de 4 milliards d’euros.

Les élections anticipées semblent inévitables. Les incertitudes font déjà leurs effets directs : les intérêts des obligations d’Etat sont, pour la première fois, en dessous de 5%, la prime de risque des titres augmente, une nouvelle dégradation des agences de notation est attendue. Cette année, la Slovénie devrait renouveler le remboursement de dette de 3 milliards euros. Elle est capable de le financer jusqu’au mois de juin, après elle devrait recourir à son plan de sauvetage. (Source : index.hu le 29/01/2013)

Que conclure?

Politique et économie peuvent ne pas faire bon ménage : le politique doit contenter les marchés financiers qui financent les Etats en Europe de l’Est mais il doit aussi satisfaire ses électeurs. La pression fiscale pour pouvoir combler les déficits est inévitable. Malheureusement, sans la confiance des ménages en l’avenir point de salut pour l’économie. On tourne un peu en rond  : pas de confiance, pas de consommation, pas de croissance, pas de confiance, flambée des dettes…

En Europe de l’Est, si les politiques et l’économie sont sous pression, il serait temps que les marchés lâche de lest à l’Est.

Internaute, épargnant curieux mais zappeur, ne prenez pas la fuite dès la première page!

Curieux, audacieux, en quête de conseils gratuits?

En  vous abonnant à la newsletter, je vous offre un ebook pour  vous aider à mieux comprendre vos placements et gérer votre patrimoine durant la crise!

Cyril JARNIAS

Mes services

Bilan patrimonial unique et confidentiel

Immobilier international

Expatriation et retraite à l’étranger

Qui suis-je

Je suis Cyril Jarnias, expert en gestion de patrimoine indépendant depuis plus de 20 ans. J’aide particuliers et chefs d’entreprise à « Construire, protéger et transmettre votre patrimoine en toute sérénité ». J’interviens dans de nombreux médias sur le patrimoine : BFM Business, La Tribune, Les Echos, Investir notamment.

3 étapes. 1 idée forte. Votre patrimoine.

Depuis plus de 20 ans, j'accompagne mes clients dans la gestion de leur patrimoine.

Mon approche est simple : vous permettre de Construire, Protéger et Transmettre votre patrimoine en toute sérénité.

Contactez-moi

Vous désirez faire croître votre patrimoine?

N'hésitez pas à me contacter afin de déterminer comment je peux vous aider à construire, protéger et transmettre votre patrimoine en toute sérénité.

+33 9 77 19 82 80

Je dispose de + de 100 000 euros d'épargne.*
Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Pin It on Pinterest

Share This