+33 9 77 19 82 80   contact@cyriljarnias.fr

Comment suivre le CAC40 et ses actions sans s’arracher les cheveux.

par | 22 Jan 2015 | Mes analyses d'expert

Tous les ans en début d’année, c’est le bal de la performance avec le CAC40.

 

Si vous avez fait le choix d’acheter des actions, généralement vous prenez comme repère la performance du CAC40 pour voir si les marchés actions françaises ont fait de la performance durant l’année.

C’est un peu la solution de facilité, on regarde l’indice phare de la place de Paris et on pense qu’on doit avoir fait au moins la performance de cet indice boursier.

La bourse, même parisienne, ce n’est pas seulement les 40 plus grandes capitalisations françaises, ce sont aussi des actions de petites ou moyennes sociétés françaises ou européennes sans compter les valeurs internationales ou sur les pays émergents.

Donc, il est grand temps (si vous ne l’avez pas fait) d’avoir une meilleure analyse de vos placements dans votre compte titre, pea ou encore sur votre assurance vie.

Je vais vous expliquer comment bien comparer votre placement.

Je vous propose de faire le point sur l’indice cac40 et de regarder comment rapidement savoir si vos placements « actions » font une bonne performance cette année.

Vous trouverez ainsi le meilleur indicateur pour comparer leurs performances.

 

 

 

Placement sur les actions : le CAC40 est à regarder mais pas uniquement.

 

Revenons un instant sur la performance du CAC40.

 

Première idée, je pense que c’est une bêtise de ne regarder que cet indice.

 

Comment je procède pour connaître la performance de mon placement ou mes placements?

 

3 possibilités pour comparer la performance de vos placements.

3 cas de figure :

 

  1. Si j’ai des actions sur mon compte titres ou mon PEA (possibles dans certains contrats en unité de compte pour une assurance vie).

 

Je regarde où est valorisé mon action : France ? Etranger ?

 

Je regarde si la société fait partie du CAC40 : si ce n’est pas le cas, j’ai tout faux, je ne regarde plus le CAC40.

 

Je regarde ensuite les sociétés du même secteur et je compare leurs performances : généralement on dispose d’un palmarès (vous pouvez aller sur boursorama.com).

 

Je peux regarder si mon action apparaît dans un indice par exemple en Europe : CAC PME (indice où l’on retrouve les entreprises dont l’effectif est < à 5000 et dont le chiffre d’affaires est inférieur à 1,5 milliard d’euros), Eurostoxx 50 (50 plus grandes capitalisation européennes), CAC Mid&Small (petites valeurs et valeurs moyennes)…

Je rappelle pour les non initiés que les indices sont donnés en France généralement par Euronext. C’est la bourse de Paris (maintenant c’est malheureusement plus des sous-sols avec des grands serveurs informatiques qui traitent de l’information).

Néanmoins, grâce à la bourse de Paris et la société européenne Euronext : vous allez avoir l’évolution de tous les cours boursiers en France et généralement en Europe.

Si vous n’avez qu’une chose à retenir : vous disposez de beaucoup d’informations sur une action européenne si vous allez un peu chercher sur le site euronext.fr. Il s’agit de flux de données européens interconnectés qui vous permettent de suivre vos actions.

Euronext, la bourse de Paris, donne de nombreuses informations sur les actions.

Je peux également prendre un logiciel graphique ou analyser un graphique sur un site boursier. Je peux comparer mon action ou mes actions avec d’autres indices. Il est évident que si mes actions n’arrivent jamais à battre le moindre indice il y a un souci.

 

 

  1. J’ai des OPCVM sur des actions françaises : dois-je comparer avec le cours du CAC40 ?

 

Si vous avez des OPCVM, FCP ou SICAV peu importe…

 

Vous tapez sur google le nom du fonds de placement ou son code isin. Ensuite, vous allez regarder l’indice qu’il doit battre (étonnant c’est souvent autre chose que le CAC40).

 

Ensuite, vous n’allez pas regarder que cet indice boursier (vous allez même un instant oublié l’indice parisien). Vous allez chercher la fiche de reporting la plus récent du fonds de placement et vous allez ensuite le chercher sur internet.

Pour les fonds de placement : vous prenez la fiche du fonds et vous regardez si vous battez l’indice de comparaison.

De là, vous n’aurez plus qu’à comparer votre fcp, sicav ou UC en assurance vie par exemple.

C’est ainsi que vous pourrez savoir si votre fonds tient sa promesse de performance.

C’est comme pour les actions : on va suivre par un historique CAC40, SNP500 ou l’indice de référence.

On voit alors si on a le bon investissement cette année.

 

C’est d’ailleurs là où le bas blesse, d’une année à l’autre, une action est volatile et peut perdre de l’argent, c’est la même chose pour un organisme de placement collectif en valeur mobilière ou OPCVM.

Un gérant sur un fonds peut avoir une ou des mauvaises années.

 

Nous sommes donc obligés de nous fixer un horizon d’investissement moyen long terme pour investir sur les actions ou les fonds de placement.

 

Pourquoi ?

Si on s’en tenait uniquement à comparer un indice tous les ans, à part si on est un génie de l’investissement : on verra toujours des titres en portefeuille en baisse.

 

  1. Que se passe-t-il sur notre placement à un historique de performance sur le CAC40 mais, est un produit hybride ?

Par produit hybride, je veux parler d’un fonds ou ETF qui pourrait répliquer le CAC40 (cela existe) ou d’un produit structuré qui va donner sous certaines conditions plus ou moins la performance du CAC40.

La première idée : c’est de considérer que ces produits par leurs structures de frais seront incapables de suivre à la lettre le cours du CAC40.

Produit structuré ou ETF : vous devez comparer autrement la performance.

Ensuite, quand vous regardez le cours de l’indice parisien, il est important de voir s’il est donné dividendes réinvestis ou non.

Je m’explique pour par exemple garantir une garantie en capital sur un produit structuré sur le CAC, le structureur (celui qui monte le produit)  va prendre les dividendes pour financer la structure.

De fait, vous ne pourrez jamais faire la performance du CAC40 dividendes réinvestis.

 

Si vous prenez un ETF censé répliqué un indice : cette fois, la société de gestion qui développe ce produit devra elle aussi impacter des frais (certes faibles) pour vous faire bénéficier de ce produit.

Vous ne pourrez pas avoir l’avantage d’acheter 40 actions du CAC40 (on parle de pondération sur ces actions X% de Total, Y% de Société générale dans le CAC40 par exemple…) avec un faible ticket d’entrée (on retrouve des ETF par exemple à 100 euros la part).

 

Vous voyez donc qu’on peut avoir envie de suivre l’indice CAC40 pour un placement car c’est son indice de référence et ne jamais avoir la même performance.

 

 

Conclusion : ne pas regarder le CAC40 et analyser son placement

 

Vous pouvez avoir des actions françaises ou européennes, des OPCVM ou même des produits plus complexes avec le CAC40 en référence tout n’ayant pas la performance de l’indice.

 

La solution résidera en prenant chaque UC en assurance vie, lignes écrites dans votre compte titres et votre PEA et voir ce qu’elles sont et ce qu’elles ont fait sur un an.

 

Que vous regardiez l’historique du CAC40 ou d’un fonds de placement, vous devez trouver s’il coïncide avec ce que vous avez en portefeuille.

En me contactant, je peux vous former et comprendre ce qu’il se passe.

 

Quelle est la solution ?

 

Probablement, s’intéresser plus aux OPCVM car elles dépendront d’un indice facile à trouver sur la fiche reporting.

 

Si vous allez sur des actions, vous devez avoir plus d’informations. Donc, généralement, je ne pense pas que vous comparerez avec l’indice phare de la bourse de Paris mais avec les actions d’un même secteur par exemple.

 

Rien ne vous empêche de regarder une solution mandat de gestion et demander à votre gérant de vous créer un indice synthétique propres à vos actions en portefeuille (la solution la plus confortable à mon sens, elle est également disponible en assurance vie multi support d’ailleurs).

 

 

Si vous êtes perdus ?

 

Le blog gestion de patrimoine notamment à travers la rubrique sur les OPCVM devrait vous aider à mieux comprendre vos fonds de placement en assurance vie, pea et compte titres.

 

Rien ne vous empêche de faire appel à un expert pour au moins vous formez à auditer vos placements. Je suis là pour cela!

 

Mes services

Bilan patrimonial unique et confidentiel

Immobilier international

Expatriation et retraite à l’étranger

Qui suis-je

Je suis Cyril Jarnias, expert en gestion de patrimoine indépendant depuis plus de 20 ans. J’aide particuliers et chefs d’entreprise à « Construire, protéger et transmettre votre patrimoine en toute sérénité ». J’interviens dans de nombreux médias sur le patrimoine : BFM Business, La Tribune, Les Echos, Investir notamment.

Dans la Presse

S'abonner à ma newsletter

Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Articles récents

3 étapes. 1 idée forte. Votre patrimoine.

Depuis plus de 20 ans, j'accompagne mes clients dans la gestion de leur patrimoine.

Mon approche est simple : vous permettre de Construire, Protéger et Transmettre votre patrimoine en toute sérénité.

Contactez-moi

Vous désirez faire croître votre patrimoine?

N'hésitez pas à me contacter afin de déterminer comment je peux vous aider à construire, protéger et transmettre votre patrimoine en toute sérénité.

+33 9 77 19 82 80

Je dispose de + de 100 000 euros d'épargne.*
Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Pin It on Pinterest

Share This