Meilleur PER ou autres solutions pour plus de retraite?

Cela fait maintenant un peu plus d’un an que le PER a commencé en France, mais beaucoup se demandent comment sélectionner et trouver le meilleur PER.

A ce jour, il s’agit de la seule enveloppe à laquelle les nouveaux retraités peuvent souscrire depuis le 1er octobre 2020. Désormais donc, il n’y a plus besoin de souscrire plusieurs contrats pour se constituer une future épargne retraite.

La création de ce nouveau dispositif est en effet lié la nécessité  d’uniformisation de la constitution de cette épargne. Reconnaissons en effet que beaucoup de personnes se sentent perdues au moment de savoir lequel  entre PERP, PERCO, Article 83/82, Madelin, entre autres, choisir pour espérer une retraite correcte.

Cela n’est plus nécessaire aujourd’hui grâce au nouveau plan épargne retraite. À noter tout de même que plusieurs autres alternatives existent pour les personnes qui ne veulent pas se contenter de ce seul dispositif et surtout éviter les placements financier.

Nous allons faire un focus sur le PER et les meilleurs PER du marché puis nous regarderons les solutions alternatives pour se constituer une retraite complémentaire.

Meilleur PER ou autres solutions pour plus de retraite?

Introduction

Cela fait déjà plusieurs décennies que les  séniors français se plaignent de la faiblesse de leur retraite. Et au fil des années, il est de plus en plus difficile de dire qu’ils ont tort, d’autant plus qu’en ce temps de crise, leur situation ne cesse de s’aggraver. Pour comprendre un peu plus ce fait, il est important de le placer dans le contexte actuel des discussions autour de la réforme des retraites et des effets de la covid-19 sur la situation financière des retraités français. Après on va faire un point sur la situation financière réelle des retraités français.

Les débats sur la réforme des retraités

Les opposants aux systèmes de retraite par capitalisation comptent parmi leurs plus grands arguments la dangerosité de la capitalisation en situation de crise comme ce qui se passe actuellement. Ils estiment en effet que dans un tel contexte, une forte réduction de la valeur des actifs est inévitable. Et cela leur pousse encore à réaffirmer que la retraite par répartition est plus sûre et plus pérenne. Plusieurs d’entre eux ont toutefois changé d’avis après avoir pris connaissance de la prévision de déficit des caisses de retraite de 30 milliards évoquées par le Conseil d’orientation des retraites (COR). Ce chiffre n’est pas surprenant sachant que l’arrêt d’activité lié aux diverses mesures gouvernementales a entraîné un assèchement des ressources des caisses de retraites, sans qu’il y ait réduction des dépenses. Et si aucune solution durable n’est trouvée contre la pandémie, le déficit pourra encore durablement continuer pour enregistrer un solde négatif de − 10,2 milliards d’euros en 2021 et de − 13,3 milliards d’euros en 2024.

Une telle catastrophe peut heureusement être évitée avec la retraite par capitalisation. En effet, bien qu’elles puissent être brutales, les chutes de la bourse et de l’immobilier sont généralement plus des baisses passagères de capitalisation que de revenus. Par ailleurs, les caisses de retraite par capitalisation disposent des réserves, contrairement aux caisses de répartition qui vivent au jour le jour ou presque. Pour cette raison, nombreux de nos dirigeants envisagent de repousser l’âge de la retraite ou la réduction des pensions. Heureusement que les Syndicats devront tout faire pour bloquer l’adoption de telles mesures. Ils peuvent cependant ne pas obtenir que du sursis pour les retraités, sauf en cas de décision gouvernementale et/ou parlementaire de passer à la retraite par capitalisation.

Les retraités ont un meilleur revenu, mais pas grâce à leur retraite

Les opposants aux systèmes de retraite par capitalisation s’appuient également sur « leur chanson égalitariste » en clamant haut et fort qu’il est plus juste de faire contribuer plus grandement les retraités ayant un niveau de vie plus important que la moyenne Française.  Il s’agit pourtant d’un raisonnement biaisé  qui nécessite qu’on s’en débarrasse. Il est vrai, d’après un récent rapport, que les retraités ont un niveau de vie moyen de 5 points supérieur à l’ensemble de la population française.  Ainsi, les retraités en France ont un niveau de vie médian de 21 150 euros annuels, soit à peu près 1760 euros mensuels contre 20 300 euros pour l’ensemble de la population française, soit à peu près 1690 euros mensuels.

Reconnaissons tout de même que cela ne soit pas dû à leur seule retraite, mais également à des compléments de retraites, dont le meilleur PER et les investissements pour des revenus complémentaires.

À cela, il faut ajouter que lors de son départ à la retraite, un sénior se prépare à gagner moins mensuellement que durant ses dernières années professionnelles. Rappelons en effet qu’en 2018, la pension nette moyenne était seulement de 64,2% du revenu d’activité net moyen d’un individu qui ne parvient pas encore au bout de sa vie professionnelle. Après le départ à la retraite donc, la réduction de vie moyenne est de 7,9%, dont 9,1% pour les hommes et 6,9% pour les femmes.

En moyenne, seulement 20% des individus ayant un revenu modeste voient leur niveau de vie augmenter après avoir quitté la vie professionnelle. Les personnes concernées sont souvent celles qui sont les plus exposées, durant leurs années de travail, aux risques de chômage total ou partiel. Une fois devenues retraitées en effet, elles perçoivent des revenus stables.

Les 80% restant, de leur côté, ne peuvent pas éviter la situation inverse. Cela est d’autant plus vrai pour les retraités les plus aisés. Selon un rapport de l’Insee, « Le niveau de vie moyen des 10 % des personnes les plus aisées, qui était 8,9 fois plus élevé que celui des 10 % des personnes les plus modestes trois ans avant le départ à la retraite, ne l’est plus que de 3,8 fois trois ans après le départ à la retraite ». Il en est de même pour les retraités diplômés qui connaissent une réduction de 11% de leur niveau de vie.

Pour pouvoir préserver leur niveau de vie donc, nombreux sont les retraités qui choisissent de continuer à travailler. 30% d’eux se font ainsi rétribuer pour leur travail un an après leur départ à la retraite, mais après 3 ans, ce pourcentage  n’est que de 15%. Cette rétribution est, par ailleurs, dans la plupart des cas, faibles.

Une baisse continue de la pension nette

Quel est donc le pourquoi de l’importance du niveau de vie des foyers de retraités par rapport au reste de la population alors que leurs revenus sont en réalité en baisse ? L’inexistence d’enfants à charge en constitue la meilleure explication, le calcul du niveau de vie se réalisant selon la composition des ménages.

La baisse de revenu est encore confirmée par une enquête réalisée en 2020 auprès des retraités et de leurs pensions par la Drees. Celle-ci a notamment permis de connaître qu’il y a eu en 2018 un recul de 1,1% en euros constants de la pension moyenne de droit direct tous régimes confondus des retraités habitant l’Hexagone par rapport à l’année précédente.

On a également noté, pour la même année, une réduction de 2,6% en euros constants de la pension nette moyenne à cause de la hausse de la CSG. Et, car il y a eu globalement une hausse globale des prix de décembre 2017 à décembre 2018, une baisse du pouvoir d’achat des pensions brutes déjà liquidées n’a pas pu être évitée en 2018.

À cause de l’augmentation de 1,7 point du CSG par ailleurs, le pouvoir d’achat des retraités a continué de se réduire. Ceux-ci ont ainsi vu, en 2018, leur pension nette moyenne se réduire de 3,0% en euros constants. Et la tendance baissière n’est pas encore prête à s’arrêter. Et, car ce n’est pas encore pour demain qu’il y aura une reforme pouvant l’inverser, avec notamment la mise en place du système de retraite par capitalisation, il est recommandé aux retraités de souscrire le nouveau plan épargne retraite.

Meilleur PER ou autres solutions pour plus de retraite?

Qu’est-ce que le PER?

Le nouveau PER, souvent qualifié de meilleur PER par ses défenseurs, a pris racine dans la loi du 22 mai 2019 concernant la croissance et la transformation des entreprises ou loi PACTE. Son arrivée marque un important tournant dans l’univers de l’épargne retraite. Elle devrait augmenter l’attrait pour ce placement de long terme permettant à tout un chacun de mieux préparer sa retraite. Voici l’essentiel à savoir à ce propos.

Définition et fonctionnement

Étant une émanation de la loi PACTE, le nouveau PER est un dispositif assez récent, son lancement n’ayant par ailleurs eu lieu qu’en octobre 2019. Il est dédié au remplacement de l’assortiment de produits proposés jusqu’à récemment aux épargnants voulant se constituer une meilleure retraite. Citons notamment parmi ceux-ci le PERCOL, le COREM, le PERP, le Contrat Madelin, les régimes Préfon et les articles 83. Ce plan est ouvert à tous et n’est assorti ni de condition de revenus ni de condition d’âge et peut faire facilement l’objet d’un transfert. Cette enveloppe fiscale unique est composée de trois compartiments.

Le premier compartiment, le PER individuel, vient substituer aux contrats de retraite supplémentaire individuels, à savoir le contrat Madelin, le PERP, le Corem et la complémentaire retraite des hospitaliers. Le PER collectif prend la place du Plan d’épargne pour la retraite collectif ou PERCO et le PER catégoriel celle du contrat collectif « article 83 » ou Plan Épargne Retraite Entreprise (PERE).

Le PER fonctionne à la manière d’une assurance vie multisupport. Une partie du placement est ainsi investi dans un fonds euro pour sécuriser la capitale et une autre dans des unités de compte sur les marchés financiers pour lui assurer une rentabilité. Pour la souscription, les intéressés peuvent choisir soit une compagnie d’assurance, soit un établissement bancaire.

Pour les versements, 3 modalités existent :

    • Les versements volontaires réalisés par l’épargnant lui-même
    • Les versements obligatoires par l’épargnant salarié ou par son entreprise pour les plans d’épargne retraite d’entreprise obligatoire
    • Les versements dérivés de l’épargne salariale, dont l’intéressement, la participation, les versements des entreprises et les jours de repos non pris.

Les plus

Le nouveau plan épargne retraite n’a pas été qualifié de meilleur PER ou placement épargne retraite par hasard. En effet, l’ancien système d’épargne retraite a été boudé par de nombreux individus du fait de sa complexité. Les salariés devraient en effet opter pour le PERP, les fonctionnaires le Préfon et les indépendants le contrat Madelin, entre autres. Avec ce nouveau système par contre, que l’on soit un fonctionnaire, un salarié, un professionnel libéral ou un exploitant agricole ou autre, la souscription au PER individuel est possible. La seule condition à respecter est d’être une personne physique résidant en France. Aucune limite d’âge n’est également imposée. Les parents peuvent ainsi ouvrir un PER à leur enfant mineur.

Les versements sont également déductibles du revenu imposable avec le nouveau plan épargne retraite, comme avec le PERP donc. Cette déductibilité est tout de même accompagnée d’un plafonnement à 10% du revenu net imposable de l’année passée et 31 786 euros maximum pour un revenu net imposable d’au moins 317 860 euros. Le plafonnement est, par contre, de 10% de la part du bénéfice imposable inclus dans la limite de 324192 euros pour les travailleurs indépendants. Au-delà de ce montant et jusqu’à 767694 euros, il représentera 15% de la part du bénéfice.

Si avec l’ancien système d’épargne retraite, les épargnants n’avaient d’autres options, sauf dans des rares exceptions, pour le déblocage de leur placement, avec le nouveau plan épargne retraite, ce déblocage peut également se faire en capital. De quoi donner aux épargnants la possibilité de réaliser un projet qui leur tient à cœur après  avoir quitté le monde professionnel.

À noter par ailleurs qu’avec ce nouveau dispositif, les conditions relatives au déblocage anticipé sont plus souples. Aux habituels motifs d’ordre familial ou professionnel s’ajoute en effet l’acquisition de la résidence principale pour pouvoir débloquer le fonds d’une manière anticipée.

Les moins

Malgré l’existence de plusieurs arguments en sa faveur, le meilleur PER ne manque également pas de points négatifs.

Parmi ceux-ci, citons notamment sa soumission à la fiscalité après la prise de la retraite ou la récupération du capital. Cela peut ainsi annuler ou même rendre négatif le gain fiscal généré à l’entrée. Ainsi, lors de la sortie, le capital est assujetti au barème sur l’impôt sur le revenu (PFU à 30 % sur les plus-values) et la rente viagère à titre onéreux au titre des pensions de retraite, et donc au barème de l’impôt sur le revenu.

Malgré son accessibilité à tous, le nouveau plan épargne retraite ne présente pas pour autant un réel intérêt à tous.

Il n’avantage en effet que les épargnants soumis à une tranche marginale d’imposition à 30% au moins.

Ceux-ci constituent en effet la catégorie qui peut réellement profiter de la déductibilité des versements volontaire de son revenu global.

Pour les autres donc, le mieux est de choisir entre les autres solutions qui vont être présentées à partir de la 4e section de cet article.

Meilleur PER ou autres solutions pour plus de retraite?

Comparatif des meilleurs PER

Conscient de l’attrait de plus en plus important des épargnants pour le plan épargne retraite, de plus en plus d’assurances et d’organismes bancaires en proposent parmi leurs produits. Tous les contrats ne se valent cependant pas. Afin d’aider les intéressés dans leur choix donc, j’ai décidé de faire un comparatif des 10 meilleurs PER en me basant sur leur rendement annuel et de plusieurs autres critères.

ATTENTION : les performances sont des rendements moyens historiques sur le support d’investissement à l’intérieur sur 3 ans non sur le produit qui lui n’a qu’un an. On retrouve certains supports à l’intérieur de l’assurance vie également, cela nous permet d’avoir un historique.

Le premier de notre classement est le PER de chez Suravenir Assurance. Ce dernier permet en effet de profiter d’un rendement de 2,55% sur 3 ans pour 0 frais de versement et d’arbitrage. Pour y accéder, il faut tout de même un versement initial de 1000 euros. Le support en euros sécurisé, l’actif général de Suravenir, est accessible en gestion libre. Ce qui n’est pas le cas du support en unités de compte, qui nécessitent 0,60% des frais, mais plus compétitif.

La deuxième place est occupée par le PER d’Apicil, qui affiche un rendement de 2,52% sur 3 ans pour 0 frais de versement. Ce contrat est par ailleurs plus accessible que celui de Suravenir Assurance, le versement initial exigé étant seulement de 450 euros. Il se distingue par l’attractivité de son support en euros qui permet d’atteindre une rentabilité de plus de 10% sur 5 ans en 2020.

La dernière place sur le podium est attribuée à Generali, dont le rendement sur 3 ans en 2020 de son contrat PER est de 2,20%. Les frais de versement de 4,5% compromettent tout de même l’attractivité de son offre en la matière. Cela ne l’empêche cependant pas d’être compétitif, une bonne partie de ses poursuivants accompagnant également les versements de leurs clients par des frais plus ou moins équivalents. C’est le cas notamment de Le Conservateur qui malgré ses frais de versement de 4,5% est 4e de mon classement du fait de son taux de rendement 2,15%. En termes de taux de rendement, il est à égalité avec GMF, qui est tout de même plombé par son taux de rendement de 2,15%. Je l’ai mis ainsi à la 5e place.

Le Contrat PER de MAIF occupe la sixième place grâce à son taux de rendement de 2% sur 3 ans. Il aurait encore été encore plus intéressant si ses frais de versement n’étaient pas de 4%. BNP Paribas affiche le même taux de rendement moyen, mais ne fait mieux que la 7e place à cause de ses frais de versement de 4,75%. Il est suivi par Axa, qui peut s’appuyer sur un taux de rendement de 2% pour décrocher la 8e place, malgré des frais de versement de 5%. La 9e place revient à Aviva qui affiche un taux de rendement de 1,95% pour des frais de 0%. MAAF termine mon top 10 de meilleurs PER grâce à son taux de rendement sur 3 ans de 1,70% et à ses frais de versements de « seulement » 3%.

Meilleur PER ou autres solutions pour plus de retraite?

Les autres placements retraite

Bien qu’il soit qualifié de meilleur PER, le nouveau plan épargne retraite peut ne pas vous correspondre, notamment si vous ne faites pas partie des gros contribuables. Heureusement que plusieurs autres alternatives existent pour compléter votre pension. En voici les plus importantes d’entre elles.

PERP

Le Plan d’épargne retraite populaire fait partie de l’ancien système d’épargne et, comme le nouveau plan épargne retraite, donne la possibilité de se constituer un complément à la retraite. Ses versements, qui peuvent être libres ou programmés, ne sont aucunement soumis à des conditions de montant durant la phase d’épargne. À la fin de cette phase, il y aura reversement du capital retraite ainsi constitué sous forme de rente viagère. Il est tout de même possible de jouir d’une sortie en capital. Cela ne peut cependant pas constituer plus de 20% des encours constitués, sauf en cas d’achat de sa première résidence principale par l’épargnant.

Le PERP, qu’il soit monosupport ou multisupport, intéresse surtout pour sa fiscalité. En effet, il y a déductibilité les sommes versées des revenus imposables, mais cela est tout de même accompagné par des limites et plafonds. Le blocage des sommes investies jusqu’à l’âge de la retraite, sauf dans des cas de forces majeures, peuvent cependant constituer un frein à sa souscription. Par ailleurs, aucune nouvelle souscription n’est possible depuis le 1er octobre 2020, date du lancement officiel du meilleur PER. Les contrats datés d’avant cette date restent tout de même valides et si vous en avez, vous pourrez continuer vos versements ou choisir un transfert vers un nouveau contrat de plan épargne retraite.

Assurance vie avec sortie en rente à la retraite

L’assurance-vie avec sortie en rente à la retraite constitue également une meilleure alternative au nouveau plan épargne retraite. Dans ce cas, l’assuré touchera annuellement, semestriellement, trimestriellement ou mensuellement une rente dont le montant est défini à l’avance. Avant d’opter pour une telle sortie cependant, il est important d’en connaître toutes les implications.

Quand on a choisi une assurance-vie avec une sortie en rente, cela veut dire qu’on accepte le transfert de la propriété de l’épargne à l’assureur. Les connaisseurs du milieu appellent ce mécanisme « aliénation de l’épargne ». Cela veut dire que même s’il a besoin de son capital pour d’importantes raisons, l’assurer ne pourra pas le récupérer,  son choix du type de sortie étant définitif.

En choisissant une sortie en rente pour son assurance-vie, une personne renonce également à son droit de transmettre le capital constitué aux individus de son choix. De ce fait, il est toujours recommandé d’attendre le moment du dénouement du contrat pour choisir quel type de sortie choisir. En effet, personne ne sait, au moment de signer, ce qui pourrait survenir dans 15, 20 ou 25 ans.

Une réversion de la rente au bénéfice du conjoint reste tout de même possible après la mort du souscripteur. Reconnaissons tout de même que dans ce cas, le taux de conversion du capital en rente sera plus réduit que pour le souscripteur.

Deux éléments seront notamment pris en compte pour le calcul de la rente : le montant du capital constitué via l’assurance-vie et l’âge de l’assuré lors de la conversion du capital en rente.

Les conditions fiscales sont bien meilleures en fonction de l’avancée de l’âge. En effet, la part imposable est seulement de 30% après 69 ans, contre 70% avant la cinquantaine. Car elle reste fixe tout au long de la rente, il est recommandé aux personnes voulant payer le moins d’impôts possible d’attendre son 70e anniversaire pour commencer à toucher sa rente. À noter que les prélèvements sociaux de 17,2 sont également calculés seulement sur cette part imposable.

Le PEE 

Vous êtes un salarié en CDI, en CDD ou en apprentissage, un dirigeant non-salarié ou un conjoint ayant le statut de conjoint associé ou de conjoint collaborateur ? Vous pourrez également prendre comme alternative au meilleur PER le PEE ou le plan épargne entreprise.

Comme son nom l’indique déjà, il s’agit d’un compte ouvert par votre entreprise que vous pourrez approvisionner via votre prime d’intéressement et/ou de participation, des versements personnels ponctuels ou réguliers ou l’aide de votre entreprise. Vos versements avec ce placement peuvent représenter jusqu’au quart de votre rémunération annuelle brute.

Le capital constitué fera l’objet d’un placement dans des Fonds Communs de Placement d’Entreprise que votre entreprise choisira elle-même sur lesquels vous pourrez décider de miser selon votre profil d’investisseur. Vous pouvez choisir pour des fonds correspondant à votre horizon de placement et au niveau de risque que vous êtes prêt à supporter pour essayer d’apporter de la dynamique à votre épargne.

Vous disposerez de votre épargne 5 ans après votre souscription, mais vous pourrez en jouir bien avant dans certaines situations comme l’acquisition de votre résidence principale, la création d’une entreprise, le mariage ou pacs et la naissance d’un 3e enfant.

Plusieurs avantages s’attachent au plan épargne entreprise, à commencer par l’exonération d’impôt sur le revenu et des charges sociales salariales de la prime d’intéressement et/ou de participation. Il y a également exemption de charges sociales salariales et d’impôt sur le revenu de l’abondemment de l’entreprise pour les épargnants qui en bénéficient.  Ceux-ci n’ont pas aussi à payer d’impôt sur les revenus et les plus-values de l’épargne.

Meilleur PER ou autres solutions pour plus de retraite?

La Bourse sur le long terme 

Pour compléter votre retraite et votre plan épargne retraite, vous pourrez également vous tourner vers les investissements boursiers. Il en est effet bien connu que sur le long terme, la chance de réaliser plus de plus-value et autres profits sur les marchés financiers est plus grande. Mais comment investir en bourse ? En optant surtout pour un ou plusieurs de ces 4 placements.

Avec un compte titres

Si vous pensez que le meilleur PER peut ne pas vous suffire pour profiter d’une meilleure qualité de vie une fois hors de l’univers professionnel, vous pourrez opter pour un investissement dans du compte-titres. Ce type d’investissement est bien plus accessible pour les particuliers que ses concurrents PEA ou PEA PME. De plus, il n’est assorti d’aucun plafond de versement. Par ailleurs, chaque investisseur peut avoir un nombre quasi illimité de comptes.

En optant pour l’investissement dans des comptes-titres, vous n’aurez pas également pas à vous soumettre à des restrictions en matière de titres et de choix de stratégies de gestion. Par ailleurs, il vous est même possible de miser sur des produits dérivés (Put ou Call, les warrants ou turbos, etc.) pour vos interventions sur le marché boursier.

Le succès de ce placement auprès des investisseurs particulier aurait été plus important sans une fiscalité assez dissuasive. L’investisseur titulaire d’un compte-titres doit en effet se soumettre à une imposition sur les plus-values selon le barème de l’IR, après l’application d’un abattement relatif à la durée de détention. Il y a, par ailleurs, une imposition à l’IR des dividendes. Sur ce point donc, le PEA reste meilleur.

Avec un PEA

Le Plan Epargne Action, une autre alternative au Plan Épargne Retraite, donne aux particuliers la possibilité de miser sur des actions européennes. Sa création a été motivée par la nécessité d’encourager ceux-ci à l’investissement boursier. Raison pour laquelle, chaque contrat permet à son souscripteur d’acquérir une exonération d’impôt sur les revenus et les plus-values après 5 ans. Cette exonération n’est cependant pas étendue aux prélèvements sociaux, qui ont ainsi un taux de 17,2%.

L’exonération d’impôts sur le revenu ne constitue pas le seul atout du PEA, mais il y a également la possibilité d’accéder à une grande diversité d’investissements européens et une plus grande ouverture sur les marchés financiers. Il faut par ailleurs noter que l’ouverture de 2 comptes est possible pour un même foyer fiscal à raison d’un plan par individu. À préciser aussi que le PEA ne requiert pas de versement minimal. Il est tout de même soumis à un plafonnement de 150000 euros pour un PEA seul et de 225000 euros pour le cumul avec le PEA PME.

Ce placement compte tout de même quelques inconvénients, dont :

  • L’impossibilité d’éviter la fermeture et la revente de tous les titres suite à un retrait réalisé  dans les 5 premières années du PEA
  • La dépendance des fonds investit des mouvements à la hausse des valeurs des actions, soit une incertitude concernant le rendement
  • La soumission à des frais pouvant être élevés, dont ceux liés à la gestion et à l’arbitrage.

En achetant des grandes capitalisations

Même un meilleur PER peut ne pas atteindre le rendement de l’investissement dans des grandes capitalisations boursières. La capitalisation boursière n’est autre que la valeur totale d’une entreprise en bourse. En misant sur les grandes capitalisations, vous vous donnerez plus chances pour réussir votre investissement, les sociétés concernées ayant une plus grande stabilité. Au niveau mondial, le top 5 des sociétés dont il est question est formé le 26 octobre 2020 par :

  • Saudi Aramco avec 1999 milliards de $ de capitalisation
  • Apple, avec 1967 milliards de $
  • Microsoft, avec 1635 milliards de $
  • Amazon, avec 1605 milliards de $
  • Alphabet, 1113 milliards de $

La première entreprise asiatique du top 10 occupe la 6e place. Il s’agit du leader chinois de l’e-commerce Alibaba. Un autre géant chinois de l’Internet, Tencent Holding, occupe la 8e place, juste après Facebook. Nestlé est actuellement le premier Européen du top 20 et est ainsi la première grande capitalisation européenne. Dans la liste des 20 plus grandes capitalisations européennes, on trouve plusieurs sociétés françaises dont Total et Sanofi.

Acheter des valeurs de rendement avec des dividendes

Dans ce contexte de crise financière et économique, nombreuses sont les entreprises qui ont choisi de ne pas attribuer des dividendes pour cette année 2020 jusqu’à nouvel ordre. C’est le cas notamment de Société Générale, de BNP Paribas, d’Airbus, de Bouygues et d’Engie. Ce sont donc les sociétés qu’il faut le plus éviter pour l’achat de valeurs de rendement avec des dividendes, une autre alternative au plan épargne retraite.

Malgré la baisse d’activité et des injonctions répétitives du gouvernement français à se défaire de cette pratique dans la situation actuelle, il existe tout de même des sociétés encore disposées à accorder un rendement plus intéressant, c’est-à-dire de plus de 3,3%. C’est le cas de GTT, la société spécialisée dans les membranes pour le stockage et le transport du GNL, qui serait prêt à accorder 3,25 euros de dividendes pour l’année 2020, ce qui représente un rendement de 5% sur le cours actuel du titre.

Il y a également Infotel, un acteur de renom du monde des services informatiques, qui devrait permettre à ceux qui ont investi dans ses valeurs de profiter de 1,60 euro de dividendes, soit un rendement de 5,4%. Linedata devrait tout de même faire de l’ombre à ces deux sociétés auprès des investisseurs dans l’achat des valeurs de rendement avec des dividendes avec un rendement qui devrait dépasser les 7% en 2020, comme en 2019.

Toujours dans la liste des entreprises qui résistent à la crise et aux injonctions du gouvernement se trouvent également Ipsos, Mersen et Methanor qui promettent des rendements respectifs de 4,7, de 6,1 et de 4,3%.

Meilleur PER ou autres solutions pour plus de retraite?

L’immobilier à l’étranger

L’investissement dans l’immobilier à l’étranger constitue également un moyen idéal pour compléter votre retraite, en plus d’un meilleur PER. Il vous suffit de bien choisir votre pays d’investissement pour mieux en tirer profit. Actuellement, je recommande plutôt la Bulgarie, l’île Maurice et les USA.

La Bulgarie

Depuis qu’il a rejoint l’UE, l’attrait de la Bulgarie pour les investisseurs immobiliers venant des autres pays n’a cessé d’augmenter. La richesse historique et la grande diversité du paysage du pays y sont pour quelque chose, mais elles ne sont pas les seules. Il y a également le niveau très bas du prix de l’immobilier. En effet, le budget moyen pour acheter un bien rénové ou une nouvelle construction à Sofia, la capitale, varie en effet de 1000 à 1200 euros. Le prix au mètre carré d’un appartement de 306 m2 se trouvant dans ce tour en construction se trouve bel et bien dans cette moyenne, étant de 1100 euros.

Le prix est encore plus accessible à Varna, au bord de la mer noire. Dans cette station balnéaire en effet, le prix moyen au mètre carré est de seulement 500 euros. Ce bien de 116 mètres carrés à 2 chambres est proposé à un prix se trouvant juste en dessous de la moyenne. Pour l’acheter en effet, il faut un budget de 66 900 euros, soit un peu moins de 577 euros le mètre carré.

Au prix attrayant de l’immobilier s’ajoute la générosité fiscale du pays, le taux d’imposition sur le revenu y étant seulement de 10%. À noter également le nombre de plus en plus important des individus qui choisissent de passer de longues vacances ou le restant de leur vie dans le pays. Cela permet d’espérer une meilleure rentabilité en cas de location et une meilleure plus-value en cas de revente.

L’ile Maurice

Si vous êtes disposé à quitter l’Europe, rien ne vous empêche d’investir dans un immobilier à l’île Maurice, à 9249 km de la France. Cet investissement vous donne également la possibilité de profiter d’un prix compétitif à l’achat pour des biens se trouvant pourtant dans quelques-uns de meilleurs coins de la planète. Ce pays de l’océan Indienne vous donne la possibilité de profiter de plusieurs programmes attractifs pour ce type de placement :

  • L’ancien régime IRS qui concerne l’acquisition pour un prix d’au moins 500000 dollars d’une villa ou d’un appartement appartenant à des « complexes intégrés »  et qui rassemblent des biens associés à des services. Une taxe de 70000 dollars, représentant 5 % du prix de l’acquisition.
  • L’ancien régime RES, qui donne la possibilité de miser dans un appartement ou une villa en pleine propriété pour un prix bien inférieur à 500000 dollars. Ce type d’acquisition nécessite tout de même l’acquittement d’une taxe de 70 000 dollars.
  • Le régime IHS, grâce auquel les investisseurs étrangers  peuvent devenir propriétaires d’une chambre, d’un appartement ou d’une villa en pleine propriété  et faisant partie d’un complexe hôtelier. Ici, il n’y a pas d’exigences particulières en ce qui concerne la somme à investir.

Grâce à sa stabilité politique et à son essor économique, l’île Maurice attire régulièrement de nouveaux venus prêts à louer ou à racheter des biens immobiliers à un certain niveau de prix. Y

Les USA : Cleveland et la Floride

Il est difficile pour moi de parler de meilleur pays pour un investissement immobilier dédié à compléter la retraite et le plan épargne retraite sans faire mention des États-Unis. Car il s’agit d’un immense pays, le marché de l’immobilier y est très hétérogène, mais je peux vous assurer qu’en optant pour Cleveland ou la Floride, vous risquez moins de regretter votre investissement.

Cleveland peut se targuer de faire partie des rares villes du Midwest américain qui ont pu préserver le nombre de sa population suite à la série des faillites des entreprises industrielles de la région. Le taux d’occupation y est ainsi très important, étant de 98%. Investir dans cette localité permet par ailleurs de jouir pleinement d’un processus de gentrification en cours qui tire vers le haut le marché de l’immobilier. Reconnaissons tout de même que la médiane de mise en vente et le prix médian de vente à Cleveland restent faibles à Cleveland, étant respectivement de 80 000 et 53000 dollars, soit 20 fois de moins que dans des villes comme New York et San Francisco. Cela facilite l’atteinte d’une rentabilité locative nette de plus de 10%.

La Floride constitue également un incontournable pour l’investissement immobilier aux États-Unis. La quatrième économie américaine se distingue en effet d’une bonne partie des autres États américains par la dynamique particulière de son marché de l’immobilier. Malgré le nombre quasiment infini de son atout, La Floride vous donne la possibilité de profiter d’un prix moyen de 250000 à300000 dollars tous biens confondus et d’espérer un rendement locatif net moyen de 7% net/an. Et si vous vous laissez du temps avant une revente, vous pourrez profiter d’une belle plus-value sur le moyen terme.

N’oublions pas qu’à ce jour avec un taux de change supérieur à 1,20 en faveur de l’euro, l’investisseur européen dispose d’un pouvoir d’achat bien plus élevé pour acheter aux USA.

Conclusion : il n’y a pas que la PER pour une retraite !

Il n’est pas évident d’évaluer quel est le meilleur PER car ce placement retraite est très récent.

On peut regarder les critères de frais ou encore le choix des supports disponibles dans le PER mais est-ce suffisant?

Le temps est donc mal choisi pour en faire une opinion définitive  concernant cette solution pour de la retraite par capitalisation.

Cela ne m’a cependant pas empêché de soulever certaines interrogations, à commencer par celles relatives aux supports dont le principal le fonds en euros.

Le support de référence du PER est le fonds euros composé de dettes d’État qui a vu son rendement se réduire drastiquement ses dernières années.

Il conviendra donc d’accepter de prendre du risque sur des fonds de placement souvent actions dans un contexte où les marchés financiers sont au sommet avec une crise économique devant à cause du COVID.

Cela implique une prise de risques plus accrus en période de crise, comme celle que nous traversons actuellement.

Heureusement que d’autres alternatives affichant moins de risques, de meilleurs rendements et une fiscalité généreuse existent.

C’est le cas notamment :

de l’investissement en bourse sur le long terme ou encore,

l’immobilier à l’étranger, dans des pays  par exemple comme la Bulgarie et les USA.

Mes services

Bilan patrimonial unique et confidentiel

Immobilier international

Expatriation et retraite à l’étranger

Qui suis-je

Je suis Cyril Jarnias, expert en gestion de patrimoine indépendant depuis plus de 20 ans. J’aide particuliers et chefs d’entreprise à « Construire, protéger et transmettre votre patrimoine en toute sérénité ». J’interviens dans de nombreux médias sur le patrimoine : BFM Business, La Tribune, Les Echos, Investir notamment.

Dans la Presse

S'abonner à ma newsletter

Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Articles récents

3 étapes. 1 idée forte. Votre patrimoine.

Depuis plus de 20 ans, j'accompagne mes clients dans la gestion de leur patrimoine.

Mon approche est simple : vous permettre de Construire, Protéger et Transmettre votre patrimoine en toute sérénité.

Contactez-moi

Vous désirez faire croître votre patrimoine?

N'hésitez pas à me contacter afin de déterminer comment je peux vous aider à construire, protéger et transmettre votre patrimoine en toute sérénité.

+33 9 77 19 82 80

Je dispose de + de 100 000 euros d'épargne.*
Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Pin It on Pinterest

Share This